Partagez | 
 

 My return is not a surprise × Ft. Okada Mitsu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: My return is not a surprise × Ft. Okada Mitsu   Dim 24 Aoû - 20:20

    Tenue

    Un masque sur les yeux et les écouteurs dans mes oreilles, j'étais tranquillement entrain de me reposer dans l'avion qui me ramenait au Japon, définitivement - enfin sûrement. Je n'avais presque aucune attache en Corée - à part deux ou trois personne comme Hyo Jin par exemple - et n'avait donc plus rien à faire ici depuis la fermeture de l'ASE. Les autres membres de Nexus K avait quitté le dortoir la veille, sans me dire au revoir, sans me demander où j'allais, rien. Ils n'en avaient strictement rien à faire de moi, tout comme j'en avais absolument rien à faire d'eux. Avec un peu plus de temps - et de volonté - j'aurais très certainement pu me rapprocher un peu plus d'eux, ils auraient peut-être pu devenir mes amis, car il me faut plus d'un an et demi pour tisser des liens amicaux moi... Mais quoi qu'il en soit, ça ne s'était pas fait, et ça ne se ferait jamais. De toute façon, débuter avec Nexus K n'était peut-être pas la chose que j'espérais vraiment, au fond de moi. Je m'en réjouissais bien entendu, mais ça ne me comblait pas totalement, je le savais. J'étais totalement conscient de ce que je voulais faire désormais, la fermeture de l'ASE m'avait ouvert les yeux pour tout dire, et je comptais bien me mettre à bosser comme un malade pour atteindre mon nouveau but. Débuter en solo. J'avais de grands rêves, j'en étais conscient, mais j'étais certain que je pouvais les réaliser.

    Quoi qu'il en soit, aujourd'hui, je rentrais au Japon et la première chose à laquelle je pensais n’était pas ma future carrière. Là, une chose bien plus importante occupait mon esprit. J'allais retrouver ma famille. Mes parents, Mitsu, Shota et Momo. Je ne les avais pas vus depuis presque deux ans maintenant et ils me manquaient énormément. Les gens qui ne me connaissent pas réellement ont du mal à penser que je puisse être si proche de ma famille, mais en vérité, ils sont la prunelle de mes yeux. Je ne suis rien sans eux, même si je ne leur montre pas souvent. J'ai été lâche étant adolescent, car je les ai tout bonnement abandonnés. Quand je suis parti vivre en Corée pour préparer mes débuts avec Nexus K, je les ai une nouvelle fois quittés. Mais je les aime énormément, et aujourd'hui, je suis certainement le frère et le fils le plus heureux qui existe !

    Personne n'était au courant de mon retour en fait. Je n'avais pas voulu les prévenir pour leur faire une surprise. En fait, j'en avais eu l'idée quand Mitsu m'avait envoyé un sms pour m'annoncer qu'elle avait trouvé un petit boulot dans un café de Kagurazaka. Je connaissais ce café car nous y allions souvent ensemble, tous les deux, lorsque nous étions encore trainees à la RedStar. Lorsqu'elle m'envoya ce sms, je venais de prendre la décision quant à la date de mon retour, tris jours plus tard, et j'avais décidé de ne pas lui répondre. Ma petite soeur serait très certainement surprise quand elle me verrait débarquer.

    Le personnel de bord nous annonça que l'avion allait bientôt atterrir. Je retirais donc mon masque et le remplaçais par des lunettes de soleil. Personne ne me connaissait dans cet avion, mais sait-on jamais... Je passais ma main dans mes cheveux, les remettant en place, et vérifiait mon allure à travers l'écran de mon téléphone portable. Pas trop mal. Comme toujours. La secousse que provoquèrent les roues de l'avion lorsqu'elles touchèrent le sol nous signala que nous avions bel et bien atterri. Ca y est, j'étais enfin de retour dans mon pays. Après quelques minutes d'attente je pu descendre de l'avion et aller récupérer mes bagages. J'étais plutôt chargé avec mes trois valises de vêtements plus ma valise de chaussures et d’accessoires tels que mes casquettes. Après tout je déménageais toutes mes affaires d'un dortoir à chez mes parents, et je ne pouvais pas me permettre de faire quarante aller-retours entre la Corée et le Japon. Je trimbalais donc toutes mes affaires derrière moi, m'en sortant comme je le pouvais, avant de monter dans un taxi et de lui donner l'adresse du café où travaillait Mitsu. En chemin, je ne pouvais pas m'empêcher de penser à la réaction qu'elle pourrait avoir. Bizarrement, j'étais certain qu'elle allait m'engueuler pour ne pas lui avoir répondu trois jours plus tôt, car ça n'était pas dans mes habitudes. Elle et moi, on communiquait énormément par message depuis que j'étais parti en Corée, et on se répondait presque aussitôt lorsque nous n'étions pas occupés. Avec la fermeture de l'ASE, elle savait très bien que je n'étais pas occupé. Une fois arrivé à destination, je payais le chauffeur, le remerciant, puis récupérant tous mes bagages dans le coffre de la voiture. Il était désormais dix-huit heures. Je ne savais pas à qu'elle heure Mitsu allait terminer le travail mais j'allais tranquillement l'attendre ici, non loin de l'entrée du café. Je ne pouvais tout de même pas la déranger en plein travail, je n'avais pas envie qu'elle perde son emploi à peine arrivée.

    « Salut soeurette ~ » M'exclamais-je alors qu'elle sortait justement du café.

    Elle ne m'avait pas vu car j'étais un peu sur le côté, et elle semblait pressée de rentrer à la maison - où peut-être d'aller ailleurs. Le sourire aux lèvres je me rapprochais d'elle, ouvrant grand les bras. Je n'avais pas pour habitude d'être un mec tactile, mais je l'étais toujours un peu plus avec mes deux petites soeurs qu'avec les autres. Mitsu, je me contentais normalement de lui ébouriffer gentiment les cheveux - contrairement à Momo que je prenais souvent dans mes bras - mais là, ça faisait tout de même un an et demi que je ne l'avais pas vu, et franchement, elle m'avait manqué cette môme.

_________________


« cause we are, the crazy kids »
Sarangseureopji anha maltudo heomhaegajigo. Neo badajul namja na malgo deo issgessni. Mwodeun da ne meosdaero jagibakke moreuneun. Neo saenggakhamyeon na jigeum michigesseo jebal dorawa.©️ .bizzle
Okada Yoru
avatar

Avatar : Park Seo Joon
Crédits : Avatar : Chaussette
Messages : 75
Rival Since : 15/08/2014
Talent
Talent

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeju-island.forumactif.org
MessageSujet: Re: My return is not a surprise × Ft. Okada Mitsu   Mer 27 Aoû - 1:49

tenue

Quinze heures.

Plus qu'à peu près deux heures avant la fin de tes horaires. Plus que quelques heures et ensuite tu pourras enfin rentrer chez toi et retrouver ta famille adorée. Ébouriffer les cheveux de ton petit frère Shota, en lui demandant comment s'est passée l'école et s'il a trouvé une petite amie. Prendre dans tes bras Momo, bien qu'elle soit déjà grande, et la faire virevolter dans l'air en riant. Lui attacher les cheveux avec des nœuds et la regarder se dandiner devant la télé. Envoyer un énième message à ton grand frère pour lui demander ce qu'il comptait faire. Commencer à préparer à manger et attendre que tes parents rentrent pour déguster les plats que tu as cuisiné.
Plus que deux heures environ, avant que tu puisses de nouveau souffler.

En réalité, ton travail ne te déplaît pas tant que cela. C'est un de tes anciens amis du lycée qui te l'a dégoté et tu lui en est incroyablement reconnaissante, car tu ne penses pas que tu aurais étée capable de trouver un travail aussi rapidement si ce n'était pas lui qui t'avait aidée. Tu sais que cela te servira peut-être en guise d'expérience plus tard si tu as l'occasion de jouer dans une série ou un film à l'avenir, et préparer le café t'as toujours intéressé quand bien même ce ne serait jamais le cas. Le magasin en lui même est agréable : les teintes de couleur orangées crèmes et marrons sont majoritaires et le comptoir en bois diffuse lui aussi un sentiment de chaleur dans toute la salle. Les gérants du café où tu te trouves ne sont pas méchants, ils te connaissent depuis longtemps puisque tu y es souvent allée étant plus jeune, et ils te traitent bien. Seulement après avoir passé déjà ta matinée et le début de l'après midi à travailler, tu commences déjà à fatiguer, notamment parce que plusieurs hommes t'ont demandé ton numéro et un autre t'as reconnu. Tu lui as fait ton sourire le plus adorable, lui ramenant son café encore chaud sur sa table et lui avait souhaité de passer un bon moment ici, avant de t'éclipser... Disons que tu n'avais pas vraiment le cœur à expliquer quoique ce soit sur ta situation et sur pourquoi tu travaillais maintenant dans un café. De plus, tu ne tenais pas à ce que tous tes fans viennent te rendre visite dans la boutique qui est pourtant si calme d'ordinaire.

Tu croises les doigts. Pourvu que cela ne s'ébruite pas.

En attendant que tu termines, tu te remets au travail en récupérant sur un plateau les consommations vidées et laissées par les précédents clients, afin de les jeter un peu plus loin dans la poubelle. Tu attends debout derrière le comptoir, de longues minutes durant, puis décides de tirer une chaise vers toi pour poser tes fesses dessus. Tu prends le livre qui se trouve derrière toi et en reprend la lecture, étudiant ainsi les différentes techniques pour faire les différents cafés.

La porte d'entrée s'ouvre dans un petit bruit, aussi tu te relèves, un grand sourire aux lèvres. Il ne faiblit pas  quand le vieux monsieur devant toi passe sa commande et que tu lui prépares ses thés avec le plus de soin possible. Tu tentes de lui faire la conversation, lui demandant poliment et avec une certaine chaleur pour qui se destine le deuxième thé. Il te répond que sa femme viendra le rejoindre plus tard, et tu hoches de la tête en souriant. Tu lui tends ce qu'il t'a demandé alors qu'il pose sur le comptoir l'argent nécessaire pour les payer. Il les prends puis va s'asseoir à une table dans le coin du café, près d'une vitre. Tu le regardes pendant un petit moment, attendri par ce petit vieil homme qui attend sa femme dans un café, puis te remets au boulot, en passant un coup de chiffon là où tu viens de préparer les boissons, pour que tout soit parfaitement propre. Quand tu as finis, tu remarques distraitement que quelqu'un semble attendre juste à côté de la porte, mais tu ne vois qu'un bout de sa silhouette se découper à travers la vitre, et tu n'arrives pas vraiment à savoir.  De nouveaux clients entrent, te faisant oublier le dos du mystérieux inconnu, et tu les sers un par un, chacun leur tour, le même sourire aux lèvres.

Ta journée touche finalement à sa fin, alors que tu passes un dernier coup d'éponge sur les tables qui viennent d'être utilisées. Tu t'étires ensuite et baille silencieusement, la main devant la bouche. Tu essuies les quelques larmes au coin de tes yeux avant de sourire une dernière fois au seul client restant et de courir vers l'arrière du magasin où tu pourras te changer.

Tu enlèves ton uniforme sans vraiment te presser puis enfiles à nouveau tes habits habituels. Un short et un top large, ainsi que tes baskets, et le tour est joué. Tu passes une main dans ta frange, histoire de la dompter un peu, puis ranges -fourres- tes dernières affaires dans ton sac, attrapant d'une main ton portable, avant de le fermer et le passer sur une épaule, et sortir de l'arrière de la boutique. Tu salues encore une dernière fois tes patrons et le dernier client, leur souhaitant une bonne fin d'après midi et une bonne soirée, et puis, tu mets enfin un pied dehors.

« Salut soeurette ~ » une voix retentit soudainement près de toi.

Tu fais un bond de deux mètres tellement tu es surprise, les yeux ronds comme des billes. Puis, quand ton cerveau enregistre enfin le son de la voix et à qui elle appartient, tu te retournes immédiatement vers la personne qui a parlé dans un mouvement fluide.

Ton cœur rate un battement. Tu n'en crois pas tes yeux -ils s'agrandissent d'ailleurs encore plus, si c'est possible-. Devant toi, juste devant toi, à quelques pas seulement, se tient Yoru, le grand frère que tu n'as pas vraiment revu depuis presque deux ans, depuis qu'il est parti débuter en Corée dans le groupe du nom de Nexus K.

Il s'approche un peu et ouvre grand les bras, un grand sourire aux lèvres.

Tu restes plantée là deux secondes, toujours ébahie et scotchée au sol comme un chewing gum par la surprise. Est-ce que ton frère qui est censé être en Corée se trouve bien réellement devant toi ?
Puis le même sourire que ton frère vient illuminer ton visage et étirer tes lèvres, et sans une seconde d'hésitation de plus, tu te jettes dans ses bras et à son cou, en riant d'un rire cristallin.

« Onii-chan ! »

Tu descends promptement pour ne pas l'étouffer, il est trop grand pour que tu restes accrochée à son cou, puis te blottie contre sa poitrine en resserrant ton étreinte autour de lui. Ça fait bien trop longtemps que tu as pu profité de ses câlins, et tu es heureuse d'enfin pouvoir les retrouver.

Après un long moment passé dans ses bras, à inhaler son odeur et à profiter de la chaleur apaisante de son corps, tu te dégages enfin de l'étreinte, un large et rayonnant sourire sur les lèvres, les yeux rieurs.

« Onii-chan, qu'est-ce que tu fai-... ? »

Aussitôt que tu prononces ces mots, et tu n'as même pas à attendre de réponse que tu comprends par toi même exactement la réponse à ta question.
Un peu plus tôt dans la semaine, et à l'annonce de la dissolution de l'agence, ton grand frère t'avait fait savoir qu'il rentrerait au Japon pour retrouver votre famille car il ne pensait pas continuer dans Nexus K. (Tu pouvais comprendre, des messages que tu avais reçu de lui pendant la durée de son séjour, il ne s'était jamais très bien entendu avec les membres de son groupe et il n'avait pas bien réussi à s'intégrer.) Et puis, quand tu lui avais renvoyé un message pour lui donner le nom de l'endroit où tu travaillais -parce qu'il te l'avait demandé, ce fourbe- et que tu lui avais dit de te tenir au courant sur ce qu'il comptait faire et de te donner la date de quand il rentrerait, il ne t'avait jamais répondu. C'en étaient suivis quelques messages tels que « Yoru ? » « Onii-chan ??? » « Es-tu mort entre temps ? » toujours laissés sans réponse. Tu comprenais maintenant exactement pourquoi.

« Yah !! Eeh !!! T'avais tout prévu c'est ça ? » Tu commences à le frapper de tes poings, plus ou moins fort. « C'est pour ça que tu as arrêté de me répondre c'est ça ? » Tu continues en riant, avant de lui faire une moue boudeuse et des yeux de chien battus. « Quel grand frère indigne. » puis, doucement, tes poings arrête de tambouriner contre sa poitrine.

S'il y a bien une personne au monde pour laquelle tu te montres « naturellement » adorable, c'est trop grand frère. Personne d'autre. Même pas tes parents. Ça fait longtemps qu'ils ont abandonné l'idée de te voir faire ce genre de têtes ou de te comporter de manière plus féminine autour d'eux.
La seule personne avec qui cela reste frappant, c'est Yoru. Parce que tu étais collée à lui étant petite, et tu l'admirais aveuglément. Tu étais vraiment fière d'être sa sœur, et il te protégeait quand tu en avais besoin.

Maintenant, tu n'as plus vraiment besoin d'être protégée. Tu peux te débrouiller toute seule, tu es suffisamment forte pour, mais toujours est-il que quand tu le retrouves, tu finis toujours par vouloir rester dans ses bras et à agir de cette manière. Peut-être qu'une partie de toi, espères toujours qu'il te traitera comme la petite sœur que tu es et qu'il continuera à te protéger et prendre soin de toi, malgré l'incident qui a eu lieu des années plus tôt, quand il a quitté votre appartement.
(Mais c'est d'ailleurs ce qu'il fait.)

Après un petit moment, tu te mis à rire doucement à nouveau, puis jeta un œil vers ses affaires qui étaient restées près de lui.

« Tu veux que je prenne une de tes valises ? »

Tu le regardas avec un sourire doux, puis ajouta.

« Onii-chan, tu veux venir avec moi ? Je comptais aller faire quelques petites courses avant de rentrer, pour le repas de ce soir. Sinon tu peux rentrer tout seul et je vous rejoindrais. »

_________________
«You've got the best of both worlds. You're the kind of girl who can take down a man, and lift him back up again. You are strong, humble, and your mind is rather reckless. Well I guess it just suggests that this is just what happiness is.» ©️
Okada Mitsu
avatar

Avatar : Lee Hyeri
Crédits : Val'
Messages : 67
Rival Since : 04/08/2014
Admin - Idole
Admin - Idole

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: My return is not a surprise × Ft. Okada Mitsu   Ven 29 Aoû - 20:14

    Lorsque je vis ma soeur passer la porte du café, ma première réaction fut de faire un énorme sourire. J'avais été tellement impatient de la revoir ! Les sms et les conversations skype ne me suffisaient plus, j'avais réellement besoin de la voir. Finalement, la fermeture de l'ASE était un mal pour un bien. Cela me permettait de revenir dans mon pays et de retrouver ma famille, et cela me rendait vraiment très heureux. Ma seconde réaction fut de la dévisager de haut en bas. Pourquoi était-elle habillée si légèrement alors que nous étions au mois d'avril seulement. Il faisait si chaud ? Peut-être... J'avais toujours été plutôt frileux à vrai dire, je ne me découvrais bien souvent qu'une fois l'été venue. En tout cas, voir Mitsu habillée avec un short si court ne me plaisait pas tant que ça. Mais bon, elle n'était plus une gamine, il fallait que je m'y fasse. Depuis que j'avais quitté le Japon, Mitsu était devenue une adulte, elle était devenue majeure. Elle avait désormais vingt-ans. Mais pour moi, le grand frère surprotecteur, ça faisait toujours un choc qu'elle ne soit plus une gamine...

    Dès qu'elle me vit, la surprise se senti sur son visage. Mitsu ne devait certainement pas s'attendre à ce que je rentre au Japon tout de suite vu que je ne l'avais pas prévenu de mon arrivée, et encore moins que je l'attende devant son lieu de travail. Ensuite, sans attendre, elle me sauta littéralement dessus, s’accrochant à mon cou. Sans perdre une seconde, je resserrais mes bras autour de sa taille et la soulevait légèrement dans les airs tout en rigolant, avant de la reposer sur le sol. Les passants nous regardaient d'un drôle d'air, peut-être nous prenaient-ils pour un couple ? Raah, je n'étais plus habitué à ça... J'avais oublié à quel point les habitants de mon pas d'origine pouvaient être coincés... En Corée, les contacts physiques en public étaient bien plus courants qu'au Japon, j'avais oublié ce détail. Mais peu importe, je m'en fiche, Mitsu est ma petite soeur et je ne l'ai pas vu depuis longtemps, au diable les gens qui nous regarde bizarrement. De toute façon, Mitsu devait certainement s'en foutre royalement, elle aussi.

    « Onii-chan, qu'est-ce que tu fai-... ? » Mitsu s'arrêta en suspens, ça sentait mauvais pour moi... « Yah !! Eeh !!! T'avais tout prévu c'est ça ? » Et voila, je l'avais dit. Aussitôt, Mitsu commence à me frapper avec ses petits poings, me faisant rire. « C'est pour ça que tu as arrêté de me répondre c'est ça ? [...] Quel grand frère indigne. »

    Je ris de bon coeur avec elle. Je me doutais qu'elle allait réagir ainsi. C'était prévisible. J'avais fait exprès de ne pas lui répondre durant plusieurs jours, histoire que la surprise sois d'autant plus grande. Visiblement c'était réussi et j'en étais très fière. Face au regard de chien battu de ma petite soeur, je ne pus m'empêcher de lui tirer légèrement les deux joues tout en riant, avant de lui ébouriffer les cheveux.

    « Arrête, tu sais très bien que je suis le meilleur des grand frère. » Je lui offre mon plus beau sourire charmeur avant de reprendre « Qui d'autre pourrait te faire ce genre de surprise hein ? »

    Ne pouvant pas ma retenir, je reprends ma soeur dans mes bras pour lui faire une nouveau câlin. Puis je l'éloigne un peu de moi, regardant son visage dans les moindres détails. Même si je l'avais souvent vu à travers la webcam de mon ordinateur, revoir son visage en vrai était différent. Elle n'avait pas changé, bien que ses traits étaient devenus plus mature. Elle n'avait plus un visage de petite fille - ça il avait pu le constater rien qu'en la regardant passer à la télévision avec son groupe - mais lorsqu'elle n'était pas maquillé pour monter sur scène, elle gardait quand même ce côté petite fille avec sa bouille toute mignonne. Plus d'un mec devait craquer pour elle... Je suis sûr qu'elle devait avoir un tas de fanboy ! Cela ne me faisait pas trop peur, c'était plutôt les autres hommes de son entourage qui m'inquiétait... J'espérais sincèrement qu'elle n'en côtoie pas trop. Le premier qui touche à ma petite soeur...

    « Tu veux que je prenne une de tes valises ? » Mitsu me fait sortir de mes pensées. Je lui souris avant de secouer doucement la tête de droite à gauche. Puis je regarde mes valises et finalement je lui tends un petit sac, ressemblant plus à un balluchon qu'autre chose.

    « Tiens, prends celui-là si tu veux, ça me fera une main de libre pour traîner ma deuxième valise. »

    J'attrape alors tout le reste de mes affaires. Mettant mon sac à dos à sa place - sur mon dos - puis attrapant une valise dans chaque main. On aurait dit un vrai touriste... Je pensais alors que nous allions rentrer à la maison, mais Mitsu avait un autre programme de prévu. Elle me propose de l'accompagner pour faire quelques courses. Je regardais mes valises derrière moi, dépit de devoir me trimbaler tout ça, mais en même temps, je voulais passer un peu plus de temps seul à seul avec ma petite soeur. On avait tellement de choses à se raconter. C'est pourquoi je finis par hocher le menton, tout en lui souriant.

    « Je t'accompagne ! On pourra parler un peu plus tranquillement comme ça. »

    Je savais pertinemment que quand nous arriverions à la maison, nous pourrions difficilement se parler - du moins au calme - avant que tout le monde ne soit coucher. Mon retour allait être bruyant, je le sentais, autant par les cris de mon frère et de ma soeur que par ceux de mes parents. Personne n'étaient au courant de mon retour, et personne ne m'avait vu depuis deux ans, ça allait le faire un choc. Et ça allait faire un choc à mes oreilles !

    Mitsu et moi commençons alors à marcher. Je la suis car je n'ai aucune idée de l'endroit exacte où elle veut se rendre, ni comment elle veut faire. A-t-elle une voiture ? Taxi ? Bus ? En plus, je n'arrive même pas vraiment à me repérer. Les lieux ont tellement changé en seulement deux ans que je suis complètement pommé, tel un étranger dans sa propre ville...

    « Alors, qu'as-tu de beau à me raconter ? » Commençais-je « La grande Ai Jun travaille comme serveuse ? Ca n'est pas trop dur ? »

    Je disais cela sur le ton de la rigolade, mais j'étais tout de même un peu inquiet pour elle. Son groupe était très connu, elle avait une magnifique carrière devant elle avant que l'ASE ne ferme, et j'espérais du plus profond de mon coeur qu'elle n'était pas trop déprimée. J'espérais qu'elle continuerait de se donner à fond pour réaliser son rêve, et qu'elle n'allait pas juste tout abandonné pour entamer une carrière de serveuse. Ce qui m’inquiétait d'autant plus c'est qu'elle pouvait facilement être reconnue en travaillant dans ce café. Et si des fans fous furieux venaient la voir ici ? Et si elle se faisait harceler par de vieux pervers ? Peut-être que je pourrais devenir son garde du corps tant que je ne travaille pas, ça serait peut-être une bonne idée ?

_________________


« cause we are, the crazy kids »
Sarangseureopji anha maltudo heomhaegajigo. Neo badajul namja na malgo deo issgessni. Mwodeun da ne meosdaero jagibakke moreuneun. Neo saenggakhamyeon na jigeum michigesseo jebal dorawa.©️ .bizzle
Okada Yoru
avatar

Avatar : Park Seo Joon
Crédits : Avatar : Chaussette
Messages : 75
Rival Since : 15/08/2014
Talent
Talent

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeju-island.forumactif.org
MessageSujet: Re: My return is not a surprise × Ft. Okada Mitsu   Ven 24 Oct - 7:51

Non seulement il avait eu le culot d'ignorer tes messages, mais en plus de les assumer, il te tirait maintenant les joues comme si tu étais encore une enfant. Ce que tu n'étais plus. Il riait alors que tu faisais une légère grimace -car tu n'appréciais pas qu'on te tire les joues, mais aussi un peu de la douleur que la pression causait-. Puis il finit par te frotter la tête, ce qui ne fit qu'accentuer ta grimace et ta moue très clairement réprobatrice.

« Arrête, tu sais très bien que je suis le meilleur des grand frère. » Il t'adressa ce sourire que tu savais qui avait du faire craquer un nombre de filles impressionnant -de ceux qui ne pouvaient se compter sur les doigts de la main, même en ignorant ses fans-, mais il ne te fit pas changer d'expression pour autant. Bien que ton sourire peine à être réprimé. Et puis tu as déjà ri, si cela ne t'avait pas déjà vendu. « Qui d'autre pourrait te faire ce genre de surprise hein ? »

Tu secoues la tête de droite à gauche, en te remettant à rire cependant.

« Justement, c'est bien ça le problème. N'importe quel grand frère ne m'aurait pas fait ce genre de surprise et aurait répondu à mes sms ! »

Mais tu ne lui en portais pas préjudice, évidemment, ce n'était que pour l'embêter un peu plus. Vous saviez tous deux à quel point tu n'étais pas honnête quand tu disais ces mots. Tu étais on ne peut plus heureuse de le voir, et bien qu'il n'ait pas répondu à tes messages, en effet, il était le meilleur grand frère que tu aurais jamais pu avoir. Parce que même s'il était parti, tu t'en fichais à présent. Il avait été là quand tu avais eu besoin de lui toute jeune, quand tu étais encore faible et que les autres te faisaient peur. Il avait été celui qui t'avais appris toutes sortes d'histoires de chevaliers et de dragons et qui t'avait pris sous son aile et qui t'avait chouchouté, jusqu'à ce qu'il finisse par quitter votre maison. Et puis, même cet événement là, avait contribué à former ce que tu étais aujourd'hui. Tu ne lui en avais jamais vraiment voulu, et même si après quelques années la réalisation s'était changée en déception, elle était à présent métamorphosée encore en compréhension, très certainement. Tu aimais ton grand frère, de tout ton cœur. Il était aussi la dernière pièce du puzzle, les poussières de ton passé et de ce que tu avais été, de ce qui te reliait avec la petite fille de ton enfance. Et tu savais que quoiqu'il arrive, il continuerait à te protéger, tu lui faisais suffisamment confiance pour y croire sans l'ombre d'un doute.

Il te reprit dans ses bras, mais avant que tu aies pu profiter de sa chaleur et que tu aies pu le serrer en retour contre toi, il t'avait déjà éloignée, et t'observais intensément. Tu restas là un moment, ne sachant que faire et ce qu'il cherchait dans ton visage, avant de laisser échapper un rire et de t'écarter encore un peu de lui et de ses yeux inquisiteurs. Tu hésitas à lui demander ce que te valait cet interrogatoire visuel, mais regardant ses bagages sur le sol et sur son dos, tu préféras passer à autre chose et le sortir de sa rêverie pour vous focaliser sur quelque chose de plus concret. Il sembla d'abord refuser ta proposition de l'aider à porter ses affaires, puis finit par te donner un … qu'est-ce que c'était que ça, d'abord ? Un espèce de sac ou de baluchon, tu ne savais pas trop, enfin toujours était il que cette chose était ridiculement petite et légère.

« Tiens, prends celui-là si tu veux, ça me fera une main de libre pour traîner ma deuxième valise. »  

Tu avais de la force à revendre, tu aurais pu l'aider à transporter une autre de ses valises, quelque chose qui aurait été plus utile, mais il n'avait pas l'air prêt à te céder quoique ce soit d'autre. Tu t'emparas donc du sac et le balança sur une de tes épaules -tu doutais qu'il y ait quoique ce soit de fragile à l'intérieur-, relevant ton regard vers lui une fois cela fait.

« Tu sais, je suis une jeune fille pleine d'énergie et de force, je parlais réellement de valises... »

Enfin bon, tu savais qu'il ne voudrait rien entendre, et que même le fait de dire ces mots ne changeraient rien à l'équation. Tu te trimballais donc le plus minuscule de ses sacs sur l'épaule alors qu'il avait un sac sur le dos et deux bagages, une dans chaque main. Ton aide lui était d'une quasi inutilité pour tout dire, et d'un point de vue extérieur, tu était persuadée que cela paraissait presque ridicule. Enfin, après tout, si monsieur voulait jouer les durs (ce qui n'était pas vrai, il ne voulait juste pas t'embêter, tu étais sa petite sœur et il te protégeait et t'évitait ce genre de corvées un maximum, d'autant plus qu'à ses yeux tu restais une fille, presque chétive des fois tu pensais même. Et tout cela tu en étais bien consciente, au fond.) ou exhiber sa force, tu n'allais pas lui refuser et l'en empêcher, n'est-ce pas ?

Cette pensée te fit rire, alors que tu observas d'un coin de l’œil ton frère traîner ses affaires.

Puis tu lui demandas si il était d'accord et d'humeur de te suivre faire quelques courses. Vous aviez réellement besoin de nouveaux vivres car il ne restait presque rien dans vos placards et frigo, et vous ne tiendrez pas longtemps si vous ne vous approvisionnez pas. Tu n'étais même pas sûre qu'il y ait suffisamment de nourriture pour le repas du soir. Tu lui proposes cependant de t'abandonner pour aller directement dans votre maison familiale, au vu des nombreuses affaires qu'il avait. Mais il finit par hocher du chef, et tu souris instinctivement en voyant sa réponse.

« Je t'accompagne ! On pourra parler un peu plus tranquillement comme ça. »

Cela te faisait plaisir que malgré les valises qu'il traînait et la très certaine fatigue qui devait lui peser sur les épaules, il accepte de t'accompagner.

Si cela avait été Shota, tu lui aurais sûrement frotté vivement la tête pour le remercier, en l'embêtant sur sa taille ou sur un des quelconques détails qui faisait qu'il se vexait sans cesse. Prenant soin d'ébouriffer ses cheveux un maximum, même s'il détestait cela. C'était votre relation à tous les deux.
Mais tu n'étais pas face à Shota, à ce moment là, et tu entretenais une toute autre relation avec ton frère aîné qu'avec ton frère cadet. Tu lui fis alors ton plus grand et beau sourire, les yeux se plissant légèrement.

« Merci onii-chan. Je te préparerais le plat que tu veux ce soir, promis ! Tu pourras choisir n'importe quoi. »

Puis tu lui emboîtas le pas, et tu le vis te suivre de près. Il avait l'air d'être perdu dans sa propre ville et cela te fit rire légèrement. Tu t'arrêtas à un croisement, attendant que le feu passe au vert, et observant les alentours pour retrouver ton chemin vers l'endroit où tu voulais vous emmener. Tu savais qu'il y avait un super pas très loin de ton boulot, et si ce n'était certainement ni le plus grand, ni le moins cher, tu n'avais aussi ni la foi ni le temps de te rendre à l'autre bout de Tokyo pour acheter de la nourriture, il fallait bien se le dire. Ce petit super était largement suffisant, et il fournissait des produits qui étaient bons et très loin d'être hors de prix (et même s'ils l'avaient été, ç'aurait été l'histoire d'un jour ou d'une semaine, et tu te serais débrouillée, d'une manière ou d'une autre, pour combler la différence soit avec ton salaire de serveuse, soit avec ce qu'il te restait des économies accumulées du temps de l'ASE).

« Alors, qu'as-tu de beau à me raconter ? La grande Ai Jun travaille comme serveuse ? Ca n'est pas trop dur ? »

Les mots de Yoru te tirèrent de tes calculs pour trouver le chemin le plus rapide et le plus facile d'accès pour arriver au supermarché. Tu t'arrêtas dans ta course (le feu venait de passer au vert), un instant, avant de reprendre à une allure bien plus normale et de le regarder, un sourire presque timide aux lèvres. Tu haussas des épaules doucement.

« Pas grand chose à te raconter je suppose, on se parle régulièrement par sms, après tout. » dis-tu, en riant légèrement et avant d'ajouter. « Et ça va, ça va. Le boulot est cool, en lui même. Le boss compte même m'apprendre à faire quelques cafés ! »

Tu continuas à lui sourire, faisant exprès d'ignorer toute la partie qui te concernait et qui était la plus angoissante du travail que tu faisais. Après tout, oui en effet, la « grande Ai Jun » (bien que tu étais loin d'être quoique ce soit de ce genre) travaillait comme serveuse. Et le fait que tu étais célèbre au Japon ne rendait pas la tache facile, ce qui expliquait le fait que plusieurs personnes déjà, filles comme garçons mais surtout des hommes (des fans, probablement, quoiqu'encore...) étaient venu te poser des questions à propos de cela. Tu pensais bien qu'un jour, quand cela deviendrait trop intense ou que les rumeurs se répandraient encore un peu plus, tu finirais par quitter ce travail qui pourtant te plaisait. Mais tu ne pouvais pas rester indéfiniment dans un endroit où tu craignais les dires des gens sur comment tu te comportais, travaillais et que les gens parlent sur le fait que tu sois devenue serveuse après que l'ASE soit tombée.
Qui ce serait attendu que tu sois devenue serveuse, après tout ? Personne. Ce n'était pas le travail le plus prestigieux du monde. Loin de là.
(mais qu'est-ce que tu t'en fichais)

Tu te retournas vers lui un sourire toujours collé aux lèvres, les yeux pétillant de curiosité.

« Mais assez parlé de moi, et toi alors ? »

_________________
«You've got the best of both worlds. You're the kind of girl who can take down a man, and lift him back up again. You are strong, humble, and your mind is rather reckless. Well I guess it just suggests that this is just what happiness is.» ©️
Okada Mitsu
avatar

Avatar : Lee Hyeri
Crédits : Val'
Messages : 67
Rival Since : 04/08/2014
Admin - Idole
Admin - Idole

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: My return is not a surprise × Ft. Okada Mitsu   Sam 25 Oct - 20:10


Je n'étais pas le meilleur des grand-frères, loin de là, je le savais. Au contraire, je faisais peut-être même partie des pires. C'est vrai, j'avais lâchement abandonné ma soeur durant la période où elle aurait eu le plus besoin de moi, abandonnant par la même occasion mon autre petite soeur et mon petit frère. Ce n'est pas comme si j’avais disparu du paysage, de leur vie, non j'étais toujours présent, juste je m'étais enfui pour ne plus avoir à assumer toutes les responsabilités que mes parents étaient censés avoir. Ca fait plusieurs années toute cette histoire, mais ça m'est toujours resté sur la conscience, et ça y restera toujours. J'ai toujours été certain que, même si elle ne le montre pas, Mitsu m'en veut toujours un peu pour cette histoire, et c'est pourquoi on n’en parle pas.

Je n'avais pas envie d'encombrer les bras de ma petite soeur avec une grosse valise, c'est pourquoi je lui demandai de porter mon petit sac - complètement déformé par le nombre de voyages qu'il avait subi. Clairement il n'y avait presque que mes sous-vêtements là-dedans - chose que je me gardai bien de dire à Mitsu - et donc rien de fragile, surtout que c'était léger comme une plume ! Je pris mes deux autres valises à bout de bras et commençais à les faire traîner derrière moi. Vous aviez vu la taille de Mitsu ? Haute comme trois pommes... Et puis l'épaisseur de ses bras ? Non, elle ne pourrait jamais porter l'une de mes valises, pleines à craquer. J'avais toutes mes fringues, chaussures, accessoires et objets personnels - livres, CD, DVD, babioles... Elle ne pourrait pas faire plus d'un pas avec, même si elle me soutenait le contraire.

« Tu sais, je suis une jeune fille pleine d'énergie et de force, je parlais réellement de valises... »

Mais bien sûr. Je ne lui répondis même pas, me contentant de secouer la tête de gauche à droite et de lever les yeux au ciel alors que je lui emboîtais le pas. A vrai dire j'étais fatigué, les derniers événements n'avaient pas été très reposants, et malgré que j’aie pu facilement m'endormir dans l'avion, le voyage m'avait un peu claqué. Mon corps était pleins de courbatures à cause du stress ressenti ces derniers jours, même si je ne l'avais jamais montré à qui que ce soit. Revenir dans mon pays d'origine était la chose qui pouvait me faire le plus de bien au monde. Revoir mes deux petites soeurs, mon petit frère et mes parents ne pouvait que me redonner toutes ma force et ma forme. Malgré ça, je souhaitais accompagner ma soeur et ne pas rentrer seul à la maison. Je voulais discuter un peu avec Mitsu, de tout et de rien, mais discuter, juste pour le plaisir de savoir qu'elle était bel et bien en face de moi et que je pouvais lui dire ce que je voulais.

« Merci onii-chan. Je te préparerais le plat que tu veux ce soir, promis ! Tu pourras choisir n'importe quoi. »

Je rigolais avant de prendre l'air de quelqu'un qui réfléchit intensément alors, qu'en réalité, je savais exactement ce que j'allais lui répondre.

« Sérieusement, prépare-moi tout ce qu'il y a de plus japonais au monde ! Ca me manque tellement... »

Il y avait de la nourriture japonaise en Corée, mais ce n’est pas comme si j'avais franchement eu le temps d'aller au restaurant ou quoi que ce soit. La plupart du temps je m'achetais des trucs rapide à manger, typiquement coréen, car je n'avais que très rarement le temps d'aller plus loin que la petite supérette en face de - l'ancienne - ASE. J'aimais bien la nourriture coréenne, surtout le bibimbap, mais les saveurs de la cuisine japonaise me manquaient tout de même.

Nous poursuivions notre route, alors que Mitsu semblait chercher par où nous pourrions passer - certainement pour être plus rapide. Quant à moi j'étais toujours un peu perdu. Je me referais très vite à cette ville mais il est vrai que un peu plus de deux ans à ne pas avoir mis les pieds ici, ça faisait bizarre. De nouveaux bâtiments semblaient s'être élevés dans le ciel, d'autres devaient avoir changé, et même si ça n'était pas une grande évolution, j'étais perdu ! Mais bon, ça m'inquiétais peu, je me referais très vite à ma ville natale, je n'avais pas trop à m'inquiéter pour cela.

Finalement, je lui demandais un peu de ses nouvelles. Qu'elle travaille comme serveuse maintenant, à la vue de tous, m'inquiétais un peu. Je n'aimais franchement pas son idée. Il ne faut pas se mentir, elle était très connue ici au Japon. Le fait que ses fans - ou pire ses anti-fans - puissent la trouver et venir la harceler me faisait un peu peur, je l'avouais. Mais en même temps, j'étais très fière d'elle, elle était vraiment courageuse - comme elle l'avait toujours été. Alors que les anciens de l'ASE quittait leur pays pour chercher une carrière ailleurs, ou encore parcourait les agences en quête d'un nouveau contrat - comme j'allais très certainement commencer à le faire - elle, elle travaillait. Elle devait pourtant avoir gagné pas mal d'argent durant sa carrière, et la connaissant elle en avait très certainement mis de côté, mais Mitsu avait toujours été le genre de fille incapable de ne rien faire. Maintenant qu'elle n'était plus à l'ASE, de retour chez nos parents, elle se sentait certainement obligée de ramener de nouveau de l'argent à la maison familiale. Je l'enviais, au fond elle était plus jeune que moi mais tellement plus responsable...

« Pas grand chose à te raconter je suppose, on se parle régulièrement par sms, après tout. [...] Et ça va, ça va. Le boulot est cool, en lui même. Le boss compte même m'apprendre à faire quelques cafés ! »

Je rigolais. Elle semblait enjouée et j'en étais heureux, même si j'espérais pour elle qu'elle ne passerait pas sa vie à faire des cafés. Je hochais le menton alors que nous continuons de marcher. Je commençais à me repérer. Mitsu n'aborda même pas ce qui concernait les Ai Jun ou l'ASE, et je la comprenais entièrement, sur ce point je pense que nous réagissions de la même façon. Moi non plus je n'avais pas envie de m’étaler sur ce sujet, même si elle serait très certainement la première à qui je ferais part de mes projets, je n'avais pas envie de lui en parler là, tout de suite, dans la rue. C'est pourquoi, quand elle me retourna la question, je lui répondis rapidement, d'un air détaché.

« Tout ce qui s'est passé en Corée est resté là-bas. » Bien que je semblais m'en foutre, mon regard était un peu perdu dans le vide, je repris « Maintenant je suis là, je repars à zéro, une nouvelle vie ! »

En soit, j'étais parti que deux ans en Corée, ça n'était pas énorme, mais ça avait fait une véritable coupure dans ma carrière professionnelle qui était censé débuté là-bas. Et puis ça ne c'était pas super bien passé, avec les autres membres. Honnêtement, j'avais l'impression d'avoir quitté le Japon depuis presque cinq ans, voir plus !

Je m'arrêtais alors d'un coup puis levais mon bras et désignais un petit bâtiment du doigt.

« Mitsu-chan ! Je reconnais ! C'est ici non ? »

Ca n'était pas la supérette où nous allions le plus souvent mais j'avais déjà mis les pieds ici lorsque j'avais deux ou trois trucs à acheter, je m'en souvenais. J'étais tout fière de reconnaître enfin les alentours, tel un gosse. Mes deux valises à bout de bras j'entrais dans la boutique, suivit de prêt par ma soeur, faisant retentir la petite sonnerie signalant notre entrée dans le magasin. Je demandais poliment à la caissière si je pouvais laisser mes bagages avec elle. J'allais être débarrassé au moins le temps de faire les courses.

« Alors, qu'est-ce que tu as a acheter ? » Demandais-je à Mitsu, le plus beau sourire aux lèvres.

_________________


« cause we are, the crazy kids »
Sarangseureopji anha maltudo heomhaegajigo. Neo badajul namja na malgo deo issgessni. Mwodeun da ne meosdaero jagibakke moreuneun. Neo saenggakhamyeon na jigeum michigesseo jebal dorawa.©️ .bizzle
Okada Yoru
avatar

Avatar : Park Seo Joon
Crédits : Avatar : Chaussette
Messages : 75
Rival Since : 15/08/2014
Talent
Talent

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeju-island.forumactif.org
MessageSujet: Re: My return is not a surprise × Ft. Okada Mitsu   

Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

My return is not a surprise × Ft. Okada Mitsu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» My return is not a surprise × Ft. Okada Mitsu
» Surprise en flagrant délit... [Natasha & Luna]
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?
» Aristide Says He Is Ready to Return to Haiti, Too
» Aristide Peaceful Return: The ball is Now in South Africa’s Court!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behind Closed Doors v.2 : Rival Survival :: VIP Section :: Time travel :: Flashback-