Partagez | 
 

 And I'm longing, for words to describe how I'm feeling [DaeYun]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: And I'm longing, for words to describe how I'm feeling [DaeYun]   Mer 10 Sep - 2:56

Le couloir est sombre, et tu trouves ça bizarre de te retrouver là, dans un lieu assez inconnu pour attendre ton meilleur ami. Cent fois tu as eu envie de faire le chemin en sens inverse, te dire que tant pis, s'il comprenait pas comment tu avais pu te sentir, c'était de sa faute, et qu'il aurait bien pu faire l'effort d'empathie. Mais à chaque fois, tu as repensé à ce moment où il avait eu des problèmes personnels, à la mort de son frère, mais que bien que tu ai été là, tu n'avais jamais formé en mots de vrais mots réconfortants.

Et puis, c'était toi qui n'avait pas été là pour lui quand il avait envie de partager son bonheur de retrouver un groupe. Tu savais très bien, même déjà à l'époque, qu'il était particulièrement affecté d'avoir aussi perdu l'occasion de briller sur scène. D'avoir en sorte perdu sa famille, celle des DBSD. Tu sais très bien que tu n'étais pas le seul affecté par cette nouvelle, et que le fait de retrouver un groupe n'était pas une occasion pour lui de te montrer qu'il était meilleur que toi, qu'il gagnait la partie cette fois-ci. Tu le savais bien, mais tu n'avais pas pu t'empêcher de t'éloigner, lentement, progressivement.

Tu n'avais pas pu t'empêcher de te sentir jaloux, envieux, délaissé. Egoiste, tu sais que tu l'as été ces derniers mois. Con, tu l'as été depuis même plus longtemps, mais tu ne l'as jamais été autant qu'aveuglé par ce tunnel noir dont tu avais eu du mal à t'extirper. Ce tourbillon de désespoir et de jalousie qui t'avait englouti au début de l'hiver, avec la première annonce de contrats. Avec l'annonce de la Legacy Entertainment, et du contrat de ton meilleur ami.

Mais aujourd'hui, alors que toi aussi tu as un contrat, tu te retrouves là, appuyé comme un débile contre le mur d'un couloir sombre, devant une porte d'appartement qui, tu le sais, héberge le groupe de jeunes coréens.

Honnêtement, depuis qu'il t'as annoncé son contrat à la Legacy Entertainment, tu n'as pas beaucoup discuté avec lui. Ou plutôt, tu as ignoré ses messages ou répondu encore plus succinct qu'à ton habitude, pour qu'au final, que des banalités soit échangées. Tu es con, tu le sais, tu as agi comme le pire des trous du cul. A trop vouloir éviter le conflit, et garder tes sentiments en toi, tu as finit par foutre en l'air une amitié qui est pour toi bien trop importante. Tout ça pour dire que depuis que ce con de toi a décidé que tu allais arrêté à parler à Daehyun, tu n'as pas eu de nouvelles, et tu as eu quelques difficultés à trouver là où les DBSD habitaient – surtout qu'apparemment la Legacy avait été assez intelligente pour ne pas laisser de fuites au niveau des fans sur l'emplacement de leur appartement -. Pour une fois qu'une agence faisait bien leur boulot.

Mais après quelques recherches autour de toi, par des contacts communs, tu avais fini par réussir à retrouver où les DBSD habitaient, et c'est là que tu te trouvais, aux alentours de 20h30, un samedi soir. Tu te doutes bien qu'il est en répétition, et qu'il va bien finir par rentrer – tu sais de source sûre que les DBSD n'ont pas de schedule trop hectiques ce soir – d'ici peu. En vrai, ta source sûre, c'est Shinhae, le maknae du groupe, qui t'a ouvert la porte – avec des yeux aussi grands que des soucoupes voulantes, comme s'il avait jamais vu ta tronche – et t'as balbutié trois mots pour t'indiquer que Daehyun rentrerait bientôt, avec les autres. Même pas réellement eu le temps d'ajouter plus de choses qu'il était déjà reparti, claquant la porte derrière lui. En même temps, t'avait pas vraiment envie de rentrer pour être en tête à tête avec lui, parce que même si tu te souvenais de son nom, et que tu le trouvais bon dans son domaine – votre domaine, tu n'avais pas grand chose à lui dire, et c'était pas ton type de jouer le grand frère.

M'enfin, tout ça pour dire qu'au final, t'étais encore resté comme un idiot sur le pas de la porte. Les mains dans tes poches, le dos légèrement affaissé. T'as beau te donner une image, tu es pas rassuré par cette confrontation. D'habitude, la confrontation, t'évites. Tu fais semblant, comme si de rien n'était, comme si rien ne s'était passé. Si ca passait, tant mieux, si la personne était rancunière, tant pis. Même HoonMin, la personne qui avait été ton meilleur ami pendant tant d'années, la personne à laquelle tu aurais confié beaucoup, beaucoup de choses, tu étais revenu après des années de silence, sans t'excuser, en te disant que s'il te rejetait, ça ferait que prolonger le silence, s'il t'acceptait, votre amitié pourrait renaître. Mais avec le break, avec la dissolution de l'agence, avec toutes les péripéties et les merdes qui te sont tombées sur la gueule pendant ces mois, tu commences à te dire qu'au final, c'est peut-être toi qui est dysfonctionnel. Peut-être que eux, aussi, ils ont des sentiments comme toi, et qu'il serait temps que tu y réfléchisses un peu plus.

Alors tu as pris tes affaires, il y a quelques jours, et tu as décidé de revenir en Corée. Car tu avais deux personnes auxquelles tu devais des excuses depuis tout ce temps. Deux personnes qui t'étaient chères, chacune à leur façon, et que tu te devais de préserver, d'une certaine manière. En vrai, tu avais moins peur pour Daehyun que pour HoonByeol, parce que votre relation n'était pas la même. Parce que vous aviez l'habitude de vous fritter et vous réconcilier. Tu ne doutais pas qu'après la tempête, et la vague de gros mots que ton meilleur ami t'enverrait à la figure, vous finiriez par revenir à une relation « normale », enfin si la relation que vous entretenez peut vraiment être qualifiée de telle. Parce que c'était Daehyun, et que vous vous êtes détestés pendant des années avant de vous apprécier, et que vos liens, tu les connais. Vos caractères sont opposés mais tu sais que c'est pas un mauvais bougre. En vrai, t'as plus peur qu'il se foute de ta gueule parce que tu t'excuses plutôt que du fait que tu reviennes après des mois de silence radio.

Parce que oui, tu as décidé de t'excuser. Et tu sens déjà le rire narquois de ton meilleur ami résonner dans tes oreilles, son sourire moqueur et une répartie cinglante du genre « Bah alors, le break t'as fait devenir une femmelette Yun ? ». Mais tout ce que tu veux, là, maintenant, c'est retrouver exactement ce genre de remarques de merde, ce rire pourri et ce rictus que tu aimerais bien renvoyer là d'où il vient, parce que ça voudrait dire que tu es excusé, que les choses reviennent dans l'ordre.

_________________
Forgive my broken promise that you'll never see me cry. And everything, it will surely change even if I tell you I won't go away today ; Will you think that you're all alone when no one's there to hold your hand? And all you know seems so far away and everything is temporary rest your head : I'm permanent   ©️ & ©️
Tian YunJie
avatar

Avatar : Lee Howon - Hoya
Messages : 47
Rival Since : 30/07/2014
Admin - Performer
Admin - Performer

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: And I'm longing, for words to describe how I'm feeling [DaeYun]   Ven 12 Sep - 12:36

Tu traînes les pieds sur la route du retour. Non, tu n'as pas particulièrement envie d'aller t'enfermer dans les dortoirs et ne rien faire.  Tu veux aller t'écraser dans un bar de rue, manger des tteokbokki et boire un peu de soju.  Tu aurais appelé un ou deux bons amis pour te tenir compagnie.  Sûrement que tu aurais bien aimé avoir Woonjae avec toi, mais tu finirais par devoir payer sa part, comme il s'arrange toujours pour le faire dès qu'il le peut.  Tu regrettes un peu – vraiment juste un peu – la période de hiatus parce qu'à ce moment-là tu faisais tout ce que tu voulais.  Enfin, tu fais toujours tout ce que tu veux – ou presque – la différence c'est que maintenant, si tu fais le con tu te fais réprimander plus sévèrement que lorsque tu vivais la belle vie, cloîtré dans ton appartement en-dehors des quelques fois où tu sortais au bar.  Néanmoins, tu es beaucoup trop content d'être de retour dans la salle d'entraînement, avec les autres membres du groupe.  Ils t'avaient tous manqué.  Tu n'as jamais été particulièrement proche de ta famille et maintenant que Dae Jung est mort, tu n'entretiens plus aucune relation avec tes parents.  Tu les as toujours détesté.  Autant que faire se peut.  Tu n'as pas vraiment eu le temps de développer d'autres liens familiaux avec le reste de la famille, alors pour toi, même si vous n'avez aucun lien de sang, les membres de ta famille sont définitivement les membres de ton groupe.  Même si tu ne le montres pas directement, tu les aimes tous très tendrement et tu ferais n'importe quoi pour eux.  C'est que tu les adores, ils te font vivre et partage ce rêve avec toi.  DBSD, c'est toute ta vie et tu ferais n'importe quoi pour protéger le petit groupe d'amis que vous formez.  Même si tu devais enterrer une pile de cadavre dans le jardin, tu n'hésiterais pas un seul instant.

En rentrant au dortoir, vous dites adieu à Siwoo qui habite en colocation avec son frère maintenant – le traître – tandis que Woonjae, Haneul et toi monter à votre étage.  C'est un petit bloc bien tranquille et on vous a bien caché, si bien que personne ne vous a encore trouvé.  Tu te demandes si ça n'arrivera pas un jour, comme certains fans sont excessivement effrayants, mais pour le moment la Legacy – l'agence avec laquelle vous avez signé votre nouveau contrat – semble bien gérer la situation, compte tenant qu'elle s'occupe également des Blazing qui n'ont toujours pas eu de problèmes elles non plus.  Il en va de même pour le groupe Haru, bien qu'un peu moins connu comme il était encore récent à la chute de votre ancienne agence.  Tu échanges des bêtises avec les garçons en riant tandis que vous montez les marches qui vous séparent de votre dortoir.  Si tu n'étais pas si petit, tu passerais un bras autour des épaules des deux autres garçons, parce que somme toute, tu es assez heureux en ce moment, de retour d'une séance d'entraînement et de rigolade avec tes membres, ce qui t'avait énormément manqué.  Toi qui n'es pas du genre très sentimental, tu dois avoir pleurer de joie au moins une heure dans les bras de Woonjae – s'il ose le raconter à qui que ce soit, il est mort.

Quand vous arrivez à la porte de l'appartement qui vous sert de résidence, tu arrêtes net de rigoler.  Ce qui t'y attend te cloue sur place et tu perds ton sourire.  Complètement.  Tu ne sais plus à quand remonte la dernière fois que tu as vu cette personne.  Tian Yunjie.  Ce gars qui était soit-disant ton meilleur ami.  Tu as du mal à y croire maintenant.  C'était avant tout ça.  Tu ne t'attendais pas à le voir là.  Ça fait des semaines que tu ne fais même plus l'effort d'essayer d'entrer en contact avec lui.  Tu en as eu marre après t'être fait retourner de bord d'un revers de la main mille et une fois.  Tu t'es lassé voilà.  Tu ne voulais plus attendre de voir s'il t'avait envoyé un message, pour finalement être déçu par les pubs des restos de pizza du coin.  Puisqu'il ne voulait plus te parler, tu as décidé de tirer un trait sur votre amitié.  De toute façon, est-ce que toi, le merveilleux Daehyun a déjà eu besoin de qui que ce soit? Non jamais.  Si Tian Yunjie ne prenait pas la peine de t'adresser la parole, tu ne chercherais pas sa compagnie.  Tu t'y étais fermement résolu quand toute cette situation a commencé.

Le hiatus de tous les groupes de la ASE a eu un impact assez négatif sur l'ensemble de tes connaissances, toi y compris.  Tu avais été particulièrement choqué face au désarrois de Yun.  Tu comprends, il avait quitté Man Yue pour se lancer en duo et avant même d'avoir pu le faire concrètement, il avait vu son rêve s'écrouler.  Tu avais assez de compassion en toi pour ressentir un peu d'empathie.  Surtout envers lui.  Si votre relation n'a pas toujours été très positive et qu'elle s'est toujours promenée sur les rails d'une montagne russe, Yunjie est probablement l'une des, voir même la, personnes auxquelles tu tiens le plus en ce bas monde.  Vous n'avez pas bien entretenu les relations pendant le hiatus, mais ça te faisait toujours plaisir d'envoyer des insultes à ce garçon qui est passé du rôle de la personne que tu haïssais sûrement le plus à celui de ton meilleur ami.  Tu croyais que c'était pour durer un temps, le temps en fait que vous repreniez du poil de la bête.  Tu as peut-être un peu trop négligé cette amitié, à cause de la distance, à cause de la déception, mais tu t'es toujours promis de prendre des nouvelles et rester en contact.

Jusqu'au jour où complètement euphorique pour la première fois depuis le décès de Daejung, tu lui avais envoyé ce sms.  Ce stupide message que tu n'aurais jamais dû envoyé.  Il aurait sûrement fini par le semaine toutefois et t'en aurais peut-être voulu.  Seulement, depuis que tu lui as annoncé la signature d'un contrat pour DBSD avec une nouvelle agence, tout semble s'être cassé.  Il a peu à peu pris ses distances.

Au début, tu étais un peu vexé.  Parce que tu sentais bien qu'il ne se réjouissait pas sincèrement pour toi.  Et tu pouvais comprendre.  Tu aurais été affreusement déçu d'apprendre que Yunjie avait eu contrat et pas toi.  Mais malgré tout, tu aurais été heureux pour lui.

Puis au fil du temps, il répondait de moins en moins à tes messages.

Et tu t'es finalement complètement lassé de ce jeu et tu as arrêté d'essayer.  Tout simplement.

Quand tu as réalisé que tu perdais de plus en plus ton meilleur ami, que tu perdais de plus en plus Yunjie, tout simplement, ton cœur a commencé à être douloureux.  Au fil du temps, même si c'était difficile à t'avouer tellement tu pouvais détester le chanteur parfois, tu éprouvais peut-être quelque chose de plus que ça.  En fait c'est même certain quand tu repenses au pincement qui te serrait si fort le cœur en voyant que Yunjie t'évitait.  C'était un peu comme s'il n'avait rien à faire avec toi.   Tu t'es senti rejeté.  Rejeté alors que tu commençais à réaliser que de drôles de sentiments envers Yunjie se développaient en toi.  Tu t'es pris une grosse claque sur la gueule.

Et maintenant, il se tient tout bonnement sur le pas de la porte comme ça, comme si de rien était.  Tu ne lui as pas encore pardonné.  Tu ne sais même pas si tu vas pouvoir en fait.  Tu lui en veux atrocement de t'avoir planté comme ça, comme une vieille chaussette.  Tu te fiches que Woonjae ou bien Haneul remarque ton trouble.  C'est ta famille, ils te connaissent.

Les premières secondes tu as senti ton cœur s'emballer et tu as même ressenti un peu de joie à l'idée qu'il soit venu te voir.  Il n'est sûrement pas là pour Woonjae ou Shin – d'ailleurs probablement que Shin fuirait en le voyant.  Toutefois, les autres émotions reprennent rapidement le dessus.  Tu ressens une énorme vague de colère.  Tu hésites à savoir si tu vas simplement poursuivre ta route et rentrer en l'ignorant.  Où si tu ne vas pas lui sauter à la gorge.  Tu inspires profondément.

Tu marches tout droit vers lui.

Tu t'es imaginé le prendre par le collet et le secouer dans tous les sens en l'engueulant, même si tu es plus petit et que ça semble ridicule.  Tu te retiens.  Tu t'arrêtes devant lui puis tu ouvres la porte et lui fais signe d'entrer d'un geste du menton.

« Me dérangez pas les gars, » dis-tu à ceux qui t'accompagne avant de te diriger vers ta chambre.  Évidemment, tu t'attends à ce que Yunjie te suive.

Tu refermes la porte derrière vous.  Tu croises tes bras tandis que tu te tournes pour le regarder l'air sévère.  Puis tu n'y tiens plus.

« Qu'est-ce que tu fiches ici? »

C'est vraiment ce que tu te demandes.  Pourquoi il est là aujourd'hui?

« Je suis un jouet que tu jettes et reprends quand tu veux?  Tu devrais me connaître mieux que ça Tian Yunjie.  Je déteste qu'on m'ignore.  Sale connard. »

Tu n'as pas pu t'empêcher.  Sale connard.  C'est presque le surnom affectueux que tu donnes à Yunjie.  Ton cœur manque un bond tellement ça fait du bien de le retrouver.  Tu sais très bien qu'il lui faudra simplement s'excuser pour que tu lui pardonnes.  Même pas besoin de raisons.  Tu n'as pas besoin qu'il s'explique.  En fait, même si tu ne l'avoueras jamais, même à toi-même, tu rêves tout simplement de le retrouver. Il t'a manqué pendant tout ce temps.
Choi Dae Hyun
avatar

Avatar : Jang Dong Woo
Crédits : Mr Poulpe
Messages : 175
Rival Since : 04/08/2014
Admin - Idole
Admin - Idole

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: And I'm longing, for words to describe how I'm feeling [DaeYun]   Mar 30 Sep - 5:29

Quand tu entends des rires – et particulièrement LE rire que tu reconnaîtrais entre 1000 – tu te redresses, pour avoir un minimum de prestance quand tu vas accueillir ton meilleur ami. Tu sais bien déjà qu'il va pas t'accueillir avec un sourire et une embrassade, mais plutôt une vague de jurons, alors autant essayer de faire du mieux que possible jusqu'au bout. Pour une fois, dans ta vie, tu as envie de faire quelque chose de bien pour quelqu'un, de te promettre de bien te comporter avec la personne, de réparer des erreurs que tu as faite, alors même si tu l'as un peu au travers de la gorge, tu es prêt à faire beaucoup d'efforts ce soir, pour Daehyun. Pour l'amitié que tu n'avais aucune envie de perdre.

Le fait qu'il arrête net de rire en te voyant, ça t'étonnes pas. Mais en même temps, ça t'enchante quand même pas. Le regard qu'il te lance, ce regard fixé sur ta pomme, il te met mal à l'aise, et te donne encore envie une nouvelle fois de rebrousser chemin. Tant pis pour votre amitié, tu es pas prêt à te ridiculiser et à faire des excuses, pourquoi est ce que tu devrais lui faire des excuses, il savait bien dans quoi il s'embarquait avec toi … Mais tu restes quand même là, rigide comme un poteau à côté du mur et de l'entrée du dortoir. Parce qu'en repassant vos messages de ces derniers mois sur ton téléphone, tu avais bien vu que le problème venait de toi, pas de lui. Qu'à échapper au conflit, tu avais laissé échapper une amitié qui s'effilochait entre tes doigts. Qu'à force de plier, l'amitié était sur le point de se rompre, et tu savais très bien que si ce soir, tu faisais demi-tour et refusait d'essayer de recoller les morceaux, tu ne pourrais plus jamais compter Daehyun parmi tes amis. Tu ne pourrais plus jamais le considérer comme le plus con de tes meilleurs amis, celui auquel tu tenais énormément.

Alors tu restes là, droit, le regard fixé sur ton meilleur ami coréen. Il te regarde et tu soutiens son regard de manière intense, comme pour le mettre au défi de te passer devant et de t'ignorer. Un regard qui veut lui dire « Et oui, je suis là comme un con pour t'attendre, si tu m'ignores, tu vas m'entendre ». Et pour la première fois depuis le début de votre relation on ne peut plus tumultueuse, tu ressens un sentiment que tu n'avais jamais affronté ni ressenti lors d'une confrontation avec Daehyun : la peur. Celle qu'il te passe à côté en faisant semblant de ne pas te voir, celle qu'il t'ignore et te laisse sur le pallier, celle qu'il n'ai absolument pas envie de s'expliquer et que tout ça ça soit déjà derrière lui. La peur de perdre ton meilleur ami.

Mais il se dirige droit vers toi, et tu peux remarquer sa mâchoire tendue et ses poings un peu fermés, signes d'un énervement que tu as souvent pu voir chez lui, puisque tu l'as souvent provoqué. Des fois tu t'es demandé comment vous avez réussi à jamais vous taper sur la figure vu comment votre relation était, toujours à chercher la bête qui ferait tiquer l'autre le plus, toujours à jouer à la limite du méchant avec l'autre, toujours sur le fil de la provocation.

L'instant d'une seconde, tu penses qu'il va te coller une droite, mais tu ne bouges pas d'un poil. S'il veut te frapper, tu te laisseras frapper, parce que tu l'as bien mérité. Mais non, curieusement, il a assez de patience pour s'arrêter devant toi et t'ouvrir la porte. T'es un peu surpris de la tranquillité dont fait preuve ton meilleur ami : s'il avait été devant des fans ou un public, tu aurais su que tu étais protégé contre tout, parce que Daehyun était une comédie ambulante dès qu'il sortait du privé. Tout était faux dans son image publique, et tu t'amusais particulièrement à le titiller en public juste pour essayer de le faire sortir de ses gongs. Mais là, en cercle presque privé, entouré des personnes avec qui il vit, tu t'étonnes de le voir aussi calme et composé.

« Me dérangez pas les gars, » qu'il dit, et toi tu le suis simplement, lui emboitant le pas jusqu'à la chambre que tu sais qu'il partage avec le visuel du groupe. Ce dernier ne doit sûrement pas vouloir poser les pieds dans la chambre s'il connaît un minimum le rappeur. Vu l'état dans lequel il est, ça va pas tarder à exploser, et tu sais que tu vas en faire les frais. Mais tu ne peux pas lui reprocher.

Il referme la porte derrière vous, et il te fixe d'un air sévère, les bras croisés. Son air sérieux te donne presque envie de rire parce qu'il a l'air tellement sérieux que tu n'es pas vraiment habitué à le voir dans des situations comme ça. Quand tu dis presque, c'est bien presque parce que tu sais que si tu t'amuses à rire, tu vas le regretter, et ta machoire avec. Ou ton nez. Enfin bref, sachant la haine qu'il accorde à ton visage d'ancien visuel, comparé au sien, tu sais qu'il se donnera une joie de pouvoir te remettre le visage au carré et te laisser de jolies marques violettes. Et avec tes débuts qui avancent à grands pas, tu ne peux vraiment pas, parce que sinon, c'est Ming qui va te refaire la tête au carré aussi.

« Qu'est-ce que tu fiches ici? »

Je viens jouer au domino. Quelle question con. Qu'est ce que tu pourrais bien venir faire à attendre Daehyun sur le pas de sa porte, alors que tu habites en Chine et que tu as d'autres chats à fouetter ? Sûrement lui emprunter son dernier DVD tiens … Mais même si la langue te brûle de lui répondre du tac au tac, tu te retiens, tu prends une grande inspiration et soutiens son regard tandis qu'il déverse son venin, ou sa rancoeur ?

« Je suis un jouet que tu jettes et reprends quand tu veux?  Tu devrais me connaître mieux que ça Tian Yunjie.  Je déteste qu'on m'ignore.  Sale connard. »

Honnêtement, tu ne peux pas empêcher le petit rictus de s'afficher sur le coin de tes lèvres devant l'air dramatique et la façon outrée dont te parles le coréen. Clairement, tu n'aurais pas connu ton meilleur ami, tu l'aurais pris pour une petite fiotte émotionnelle qui fait son caprice. Sauf que là, dans l'histoire, c'est bien toi qui a la plus grosse part de tort, alors tu peux pas trop lui reprocher. Mais en même temps, tu ne peux pas t'empêcher de le titiller un peu, ça t'as trop manqué.

« On dirait le discours d'une fille réglée... » Tu laisses échapper avec un petit rictus moqueur. Tu vas le regretter d'ici à quelques secondes, il va t'exploser dessus, mais tu es tellement heureux de le retrouver, que d'une certaine manière, tu ne peux pas t'empêcher de sourire en coin. Il t'as tellement manqué, ce con.

« Je sais que j'ai été un sale connard ces derniers temps. » Tu marques une pause avant de sourire « Encore plus que d'habitude, tu me diras. Honnêtement Dae, je pourrais te sortir des millions de fausses excuses, et me trouver des raisons, mais aucunes seraient justifiées. J'ai juste été un connard, le plus débile des idiots, et je me suis comporté comme une merde. »

Tu marques une pause, il faut que tu puisses réussir à le dire, à le sortir, à lui dire que tu t'excuses et qu'il t'as manqué, que tu as réellement envie de faire la paix, de retrouver ton meilleur ami à tes côtés. Tes mots sont coincés au fond de la gorge, ça t'écorche toi, et ton égo, de t'aplatir devant lui, de reconnaître tes torts, mais tu te dis que si le plus âgé d'entre vous ne le fait pas, qui va le faire ? Et puis, c'est toi le fautif, c'est toi qui a merdé dans l'histoire. Tu reprends ton souffle, le regard toujours fixé dans celui de Daehyun.

« J'aurais du te soutenir plus quand tu as signé ton contrat, et te montrer que j'étais heureux pour toi. Je l'étais, je te jure, mais j'ai juste... »

Tu pousses un sourire, dire les choses que tu ressens, c'est pas dans ton habitude et tu te sens un peu – très – vulnérable, là, sous la lumière blafarde de la pièce. Tu avales difficilement ta salive, ferme les yeux un moment.

« Je suis désolé d'avoir été un ami merdique. »

La peur n'est plus là sur tes épaules car Daehyun n'a pas vraiment la possibilité de t'ignorer après ce que tu viens de dire, mais c'est la honte, l'embarassement qui prennent le dessus. Et pour la première fois de ta vie, tu baisses les yeux et regarde le sol. Honnêtement, t'aimerais bien pouvoir t'entêrer à dix milles pieds sous la terre. Au moins, la tension serait moins insoutenable, t'en es sûr. Tu te sens un peu comme une fiotte, après avoir déballé quelques sentiments et avoir formulé le mot désolé pour la première fois depuis des années. Et tu sais pas trop si c'est très positif.

_________________
Forgive my broken promise that you'll never see me cry. And everything, it will surely change even if I tell you I won't go away today ; Will you think that you're all alone when no one's there to hold your hand? And all you know seems so far away and everything is temporary rest your head : I'm permanent   ©️ & ©️
Tian YunJie
avatar

Avatar : Lee Howon - Hoya
Messages : 47
Rival Since : 30/07/2014
Admin - Performer
Admin - Performer

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: And I'm longing, for words to describe how I'm feeling [DaeYun]   Jeu 2 Oct - 10:50

Il t'en faut beaucoup pour ne pas lui balancer ton poing en pleine gueule.  Contrôle Daehyun, contrôle.  Oui, bien que tu ne sois toujours pas vivable, tu travailles un peu sur tes nerfs.  Évidemment, ça ne fonctionne jamais plus qu'à moitié, mais c'est un bon départ.  Ce qui t'enrage c'est un peu son attitude.  Il croit qu'il peut revenir comme ça dans ta vie à te lancer des piques après t'avoir complètement ignoré pendant des lustres?  Une période infinie?  Est-ce qu'il s'est déjà demandé comment tu t'es senti pendant tout ce temps.  Est-ce qu'il sait combien tu avais le cœur serré, combien tu espérais que chaque fois que ton téléphone vibrait dans ta poche c'était pour retrouver un message de lui?  A-t-il seulement même pensé une seule fois à tes sentiments?  Évidemment, il ne savait probablement rien de ceux-ci, toi-même n'ayant jamais voulu te les avouer.  Néanmoins…  Tu croyais que vous étiez meilleurs amis. En réalité, même si ta relation avec Yunjie est particulièrement explosive depuis les tous débuts, tu ne t'es jamais jamais autant rapproché de quelqu'un, tu n'as jamais laissé quelqu'un voir aussi loin de toi.  Outre peut-être Woonjae qui doit avoir vu tous tes pires côtés, surtout depuis votre colocation beaucoup plus proche.  Mais le premier à voir tout, c'était Yunjie.  Le premier à avoir tracé ce genre de sourire sur ton visage depuis tellement longtemps c'était lui.  Et tu lui en voulais de son abandon.  Plus que tu ne l'aurais dû sûrement.  C'était ton ami, tu aurais dû le comprendre un peu, la situation pouvait lui paraître horrible, après tout ce qu'il a sacrifié.  Mais toi aussi tu en as fait des sacrifices.  Toi aussi tu espérais pour lui et son duo avec MingXian.  Tout ça parce que tu n'as pas de meilleur ami en ce monde.  Tout ça parce qu'il n'y a personne que tu n'aimes plus que lui.  Tout simplement.

Il t'a fallu du temps pour réaliser tes sentiments pour Yunjie.  Beaucoup de temps.  C'était insensé.  Yunjie est un homme et depuis toujours, tu n'es attiré que par les femmes.  Sauf lui.  C'est curieux comme sentiment.  Mais au fond de toi, il a bien fallu l'admettre.  Quelque chose chez lui enflamme ton cœur, le fait battre à la chamade même si tu lui cries mentalement des injures.  Dès le début, l'idée t'a paru ridicule.  Toi et Yunjie?  Vous formez déjà un sale duo.  Les gens sont incapables de vous supporter la majorité du temps et préfèrent éviter votre compagnie parce que vous êtes franchement chiants à vous balancer insulte par-dessus insultes. En vrai, tu as toujours trouvé que  Yun est un sale poseur.  Il t'énerve.  Autant qu'il peut créer chez toi ce rire tonitruant.  Ce confort aussi.  Avec lui, tu sais que tu n'as pas besoin de prendre des pincettes et que tu peux être exactement toi-même, sans aucune restriction.  Bien sûr, ça pose parfois problème avec vos deux sales caractères de cochon et votre entêtement pire que celui d'un âne, mais reste que tu as toujours considéré votre relation comme particulièrement spéciale.  Très spéciale même.  Bon, pas aussi spéciale que ce qu'elle représente à tes yeux maintenant, mais différente des autres, mieux.

Et c'est pour ça que tu es réellement fâché contre lui.

Tu as eu très peur.  Vraiment très très peur.

Tu avais peur de le perdre.

Des millions d'hypothèses se sont forgées dans ta tête à savoir pourquoi il ne cherchait plus à te contacter.  Avait-il deviné tes sentiments que tu découvrais peu à peu pour lui, même s'ils étaient là depuis longtemps?  Est-ce que tu le répugnais à cause d'eux?  Est-ce qu'il avait peur que tu ne saches pas garder ta place entre vous d'eux à cause de ce cœur qui bat trop fort – même en ce moment alors que tu es d'humeur à lui arracher la tête et la planter sur un piquet devant ta forteresse?  Il devait mieux te connaître que ça.  Tu t'es tellement ouvert à lui.  Mais c'est peut-être bien ce qui l'a effrayé.  Mais une part de toi sait bien que c'est aussi… la jalousie.

Tu la lui aurais fait ravaler.  S'il avait fallu, tu aurais promu le groupe à toutes les agences disponibles en Chine.  S'il avait fallu, tu les aurais créé ta propre agence rien que pour eux.  Tu aurais tout donné pour Yun.  Pour qu'un sourire en coin, un tout petit, étire ses lèvres.
Et il t'a ainsi poignardé dans le dos.

Qu'il revienne tout bonnement comme ça en se permettant de plaisanter, ça t'apparaît comme un énorme outrage.  Te faire traiter de gonzesse par lui ça te… ça te met hors de toi autant que ça te fait plaisir.  Parce qu'une partie de toi te dit que tu n'as pas tout à fait perdu Yun, ton Yun.  Mais tu ne dois pas céder et le laisser s'en sortir comme ça, tout effacer tout bonnement.  Pour toute réponse, tu lui lances un regard qui veut en dire très long.  Beaucoup trop long, avec une petite teinte de menace dans le genre : si tu ne veux pas que je te refasse le portrait arrête moi ça tout de suite.

Tu attends simplement qu'il te dise quelque chose.  Des choses il semble en avoir plusieurs à dire, mais il ne t'apprend rien de bien nouveau, sauf qu'il sait à quel point il est con.  Bonne nouvelle, même si tu n'auras pas le plaisir de le lui rappeler de si tôt.  Son discours devient répétitif.  Il s'attend à quoi, à ce que lui dises de se la fermer et que c'est oublié?  Même pas en rêve.  Tu es habitué aux disputes avec Yunjie, c'est le fond même de votre relation, mais ça ne t'a jamais fait aussi mal.  C'est peut-être parce que pour la première fois tu sens que c'est sérieux et grave.  Et maintenant que tu connais tes sentiments…  À dire vrai, sans cette soirée avec Woonjae, tu n'en aurais peut-être jamais pris conscience et tu es bien content que le visual ne t'emmerde pas trop avec ça, parce que parfois tu te demandes si ce n'était pas une grave erreur de t'ouvrir sur ce point.  Mais Yunjie lui n'a pas à s'en faire avec ça, parce que tu ne le lui avoueras jamais.  Tu as toujours aussi peur de le perdre.  Et c'est peut-être cet amour que tu ne connais pas trop qui fait que tu as autant de peine qui se transforme en colère dirigée tout droit contre lui.  Plus tu y penses, plus ton envie de lui mettre un coup de poing en pleine gueule se fait pressante.

Et pour la première fois depuis que tu le connais, tu l'entends s'excuser.  Auprès de toi.  Il ne l'a jamais fait.  Et c'est trop.  Ton poing s'envole tout seul pour aller s'écraser dans son ventre : tu ne sais pas trop ce qu'il en est de sa carrière, comme tu n'as plus de nouvelles depuis des lustres, alors tu évites son visage juste pour ça.  Sinon tu aurais visé son nez et tu te serais arrangé pour qu'il soit cassé, éclaté.  Tu n'as jamais ressenti une telle violence à l'égard de ton ami.  Pourtant, il vient de prononcer des mots que tu ne lui as jamais entendu dire à personne.  Tu ne sais plus si tu dois te sentir touché.  Ni même si ce Yunjie devant toi est bien celui que tu as l'impression de connaître depuis toujours.

« Espèce de sale con!  Tu fais chier Tian Yunjie, tu fais vraiment chier! »

Tu t'écartes va cogner dans le mur à plusieurs reprises parce que tu ne te sens pas de le frapper encore et que tu sais que si tu ne passes pas ta frustration sur quelque chose, tu vas finir par lui mettre une belle correction.  Et le frapper ne t'a jamais fait aussi mal que quelques instant plus tôt.  Tu aimerais que ton cœur se taise et cesse de se montrer heureux.  Non, pas de bonheur.  Tais toi petit con.  Il y a tant de choses que tu voudrais lui dire toi aussi.

« Je sais que je peux paraître comme un connard qui se fout de tout.  J'ai pas besoin de toi pour vivre Tian Yunjie.  J'ai pas besoin de toi dans ma vie.  Alors tu penses que tu peux revenir comme ça tout bonnement?  Dire que t'es désolé et recommencer comme si de rien était? J'ai des sentiments aussi hein.»

Tu marques une pause, tes yeux lancent des éclairs brûlants.  Tu cognes à nouveau dans le mur.  Ton poing est rouge et tes jointures ont craqué parce que tu as un peu abusé.  C'est lui qui devrait avoir mal à son tour, pas toi et pourtant tu te retiens.

« Mais c'est pas parce que j'ai pas besoin de toi que ça me fait rien si tu te mets à m'ignorer du jour au lendemain espèce d'imbécile.  Sale demeuré de mes deux!  Pourquoi tu fais ça hein?  Pourquoi?  Pourquoi tu te rapproches des gens si tu vas les plaquer dès que quelque chose va clocher?  Quand tu seras à nouveau fâché, tu vas encore me mettre en attente pendant des mois, c'est ça?  T'as plus quinze ans, apprends à mûrir un peu, je sais pas.  Vraiment, t'es rien qu'un sale connard et tu mériterais que je te rosse. »

Tu traverses la chambre et va t'asseoir sur ton lit.  Tu te relèves et ouvres ta garde-robe pour changer de t-shirt.  Tu jettes le sale dans un coin de la chambre, Woonjae ramassera si ça le gêne.  Tu t'écrases sur ton lit et prends ta tablette pour aller sur Twitter et donner des nouvelles aux fans.

« Dégage, j'ai fini de te parler. »  Tu ne lèves même pas les yeux pour le regarder.  En fait, tu dois te forcer un peu pour être fâché, parce qu'en réalité tu es tellement soulagé de voir qu'il revient vers toi.  Si tu ne te contenais pas, tu lui sauterais presque au cou.  Presque hein, c'est pas ton style être un bisounours.  Tu publies un mini tweet à l'intention de tes fans et ouvre un jeu.  Ces temps-ci, tu es coincé sur cette stupide application du 2048.  Tu refuses d'admettre la défaite.

Toutefois, si tu fais tout ça, c'est parce que tu ne veux pas montrer ce fond de joie en toi.  Tu ne souhaites pas vraiment que Yunjie mette les voiles.  Mais tu ne veux pas non plus lui admettre que tu es heureux qu'il soit là et que tu voudrais passer encore du temps avec lui, rattraper le temps perdu depuis la dernière fois.  Ton ami te manque.  Mais les frissons que tu découvres ressentir en le revoyant t'effraies un peu aussi.  Tu as peur de gaffer et de tout gâcher.  En même temps, tu dois continuer t'agir normalement.

Tu finis par lever les yeux, comme tu es incapable de te concentrer et donc de poursuivre ton jeu.  « Pourquoi tu fiches pas le camp?  Tu me fais perdre à mon jeu à me regarder comme ça avec ton air sérieux de face de cul de babouin. »  Tu as cette tendance à rabaisser physiquement les gens considérés plus beaux que toi.  C'est enfantin, encore plus que de lui reprocher la défaite alors qu'il ne fait rien sauf être là.  En même temps, il faudrait que tu le raccompagnes à la porte toi-même.  Mais il ne mérite pas cette politesse.  Et tu cherches un prétexte pour le garder avec toi.  Sans que l'initiative ne semble venir de toi-même.  Tu protèges tes arrières.  Et tu veux te venger. Tu veux qu'il sache que ce n'est pas si facile que ça gagner les bonnes grâces de Choi Daehyun, tu veux qu'il fasse ses preuves et démontre qu'il ne te plantera pas à la première occasion à nouveau.  Tu veux te rassurer en étant sûr que la situation ne se reproduirait plus jamais et que Yun resterait toujours à tes côtés. Ça te va si mal d'être sentimental que tu espères sincèrement que les choses vont se régler rapidement pour que tu redeviennes l'imbécile blasé que tu es vingt-quatre heures sur vingt-quatre.

« Il faut que je te fasse un dessin du plan d'évacuation? » ajoutes-tu sur un ton qui se veut agacé.
Choi Dae Hyun
avatar

Avatar : Jang Dong Woo
Crédits : Mr Poulpe
Messages : 175
Rival Since : 04/08/2014
Admin - Idole
Admin - Idole

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: And I'm longing, for words to describe how I'm feeling [DaeYun]   Lun 2 Fév - 3:40

Son poing part. Tu l'as vu venir, mais tu ne bouges pas d'un poil. Dans ton ventre, la douleur se réveille. Ton souffle est court. Ton corps s'affaisse légèrement sous l'impact et tu recules d'un pas. Tu t'attends à plus, mais rien ne vient. Après le coup, ce sont les mots, violents, crachés qui suivent le pas, entre des poings tambourinés sur le mur.

Tu mets plusieurs secondes avant de relever la tête. Sous le choc, avec une respiration coupée, tu finis par fixer ton meilleur ami alors qu'il déverse tout ce qu'il avait l'air de vouloir te dire. Tu le vois se bousiller les poings contre le mur et tu grimaces légèrement. Tu ne sais pas vraiment si tu grimaces parce que ton ami se fait mal et semble particulièrement émotif – ce qui est une première fois – ou si tu as mal au ventre tout court. Ta gorge est nouée en voyant toute la colère et les mots qu'il t'adresse, car tu sais très bien qu'en t'absentant, en prenant tes distances, c'est toi qui avait merdé. C'est toi qui avait blessé les gens avant de te blesser toi-même. Tu t'approches un peu et essaie de l'empêcher de cogner le mur mais aucun son ne sort. Tu réessaies.

« Daehyun... arrête... »

A peine a-t-il arrêté qu'il reprends, après t'avoir adressé un regard terrible. Pourquoi tu as fait ça ? Pourquoi tu lui as infligé tout ça ? Toi-même tu ne sais pas. Tu ne sais pas pourquoi tu continues à massacrer toutes les relations qui ont un sens pour toi. Depuis l'accident, depuis ta blessure, tu n'as plus jamais été le même, et tu as toujours eu cette méfiance, cette distance, même avec tes amis les plus proches. Peut-être due à une fierté mal placée, peut-être due à une crainte d'être pris en pitié, tu n'as plus jamais voulu avouer tes faiblesses. Avant tu les cachais par altruisme, toujours prêt à aider qui que ce soit, à placer les autres devant ton propre intérêt. Depuis la blessure, tu les cachais par fierté et orgueil, trop effrayé à l'idée d'être jugé.

Trop effrayé à l'idée d'être apprécié juste par pitié, que les gens ne voient en toi qu'un « pauvre garçon », tu as préféré te renfermer, former une coquille et empêcher les autres de voir ta vraie nature, voir ta souffrance. Et tout ça, quitte à faire du mal aux personnes autour de toi. A te détacher d'elles dès qu'elles y voient un peu trop, dès qu'elles s'apprêtent à toucher du doigt ce qui est sensible. Daehyun comme tout le monde.

Mais aujourd'hui, tu te rendais bien compte que Daehyun n'était pas tout le monde. Par son flot de paroles acerbes, ses reproches et ses piques, tu saisissais bien que Daehyun n'était pas tout le monde, et que tu n'était pas n'importe qui pour lui. Tu savais bien au fond qu'il ne disait qu'une partie de ce qu'il ressentait, probablement par peur que tu te moques de lui, et du fait qu'il soit soudainement très nian nian.

« Je le mérite, alors arrête de te démonter le poing et venge toi sur la personne en question. »

Tu soutiens son regard, sans peur de te faire frapper plus, sans peur qu'il t'anéantisse. Il sait que tu ne répliqueras pas si c'est le cas. Tu le mérites.

Il traverse la chambre et se change avant de s'étaler sur son lit. Visiblement, pour lui, la conversation est terminée. Mais pour toi, elle ne l'est pas. Vous n'avez même pas eu une réelle discussion. La main toujours sur l'estomac, à l'endroit une douleur sourde te lance, tu t'avances vers le lit du visual du groupe coréen et t'assois dessus. Tu ne veux pas montrer que tu as mal, mais tu ne peux empêcher la petite grimace de s'afficher sur tes lèvres tandis que tu t'assois et comprime le bleu. Tu continues à le regarder et tu essaies de rassembler tes idées et ce que tu dois lui dire, ce que tu ne dois pas lui dire. Tu essaies de combattre ta foutue fierté, de la mettre de côté pour un moment, et plus tu te dis que ce con en face de toi, celui qui essaie de t'ignorer, est vraiment sincère avec toi, plus ton nez se met à te piquer.

Manquerait plus que ça, que tu te mettes à chialer devant lui, alors que vous vous êtes pas vu depuis des lustres. Tu ravales tes larmes, essaies de te composer et ne bouge pas même lorsqu'il continue à t'envoyer balader, te disant d'aller voir ailleurs. Peu importe s'il a l'air agacé, tu ne bouges pas. Tu ne bougeras pas d'ici, peu importe s'il te vire à coups de pieds, peu importe si il essaie de te frapper pour te faire partir. Peu importe. S'il y a bien une chose que tu as appris dans ces derniers mois de solitude, de remords, c'est que tu ne veux plus les laisser partir. Tu ne veux plus refaire les mêmes erreurs, tu ne veux plus les blesser exactement comme tu l'as fait auparavant.

Alors tu restes là, tu égalises ta respiration et le regarde droit dans les yeux pendant qu'il te demande si tu veux un dessin. Tu hoches la tête de manière négative, sans quitter son regard.

« Je partirais pas Daehyun. Je foutrais pas le camp, parce que cette fois je suis décidé à rester et à être un ami digne de ce nom. Je referais pas le coup de l'éloignement, et ma promesse de plus jamais te laisser tomber pour quoi que ce soit commence ce soir, en refusant de baisser les bras. »

Ta fierté en prends un peu un coup, mais d'une certaine manière, ça te soulage de pouvoir exprimer tes sentiments, pour une fois. D'être sincère et pas simplement une image que tu te donnes. Tu ne te démontes pas, mais tu joues avec tes doigts, signe visible de l'angoisse et le malaise qui te saisissent.

« Je me suis toujours dit que tu me pardonnerais, parce qu'on était comme ça. On a toujours été assez libre, et on a commencé de disputes très violentes, d'une rivalité. Tu sais comment ça se passe entre nous, quand on agit comme des cons l'un avec l'autre, parce qu'on a une fierté trop mal placée pour pouvoir se dire qu'on est contents. Heureux d'avoir l'autre à ses côtés. Mais je veux plus prendre ton amitié pour acquise parce que j'ai bien compris que je pouvais pas agir comme ça, détruire toutes les relations auxquelles je tiens... »

Tu ravales tes larmes, tu te sens comme la plus sensible des personnes là tout de suite, et tu jures contre toi-même de ne pas savoir correctement maîtriser tes émotions, surtout lorsqu'elles sont nouvelles.

« Tu m'as manqué Daehyun. Je suis vraiment désolé, et … honnêtement... je pourrais comprendre que tu veuilles juste me laisser seul, parce que j'ai agi comme un gros con. Je peux comprendre, mais si tu savais combien ça m'énerverait. »

Tu baisses la tête, juste à temps pour l'empêcher de voir que tu pleures. S'ouvrir à l'autre, ok, mais là si tu te mets à chialer devant lui, il va t'envoyer balader encore plus.

« Je suis tellement désolé. »

Tu espère réellement que cette fois-ci, presque mis à nu, tu vas réussir à le faire changer d'avis.

_________________
Forgive my broken promise that you'll never see me cry. And everything, it will surely change even if I tell you I won't go away today ; Will you think that you're all alone when no one's there to hold your hand? And all you know seems so far away and everything is temporary rest your head : I'm permanent   ©️ & ©️
Tian YunJie
avatar

Avatar : Lee Howon - Hoya
Messages : 47
Rival Since : 30/07/2014
Admin - Performer
Admin - Performer

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: And I'm longing, for words to describe how I'm feeling [DaeYun]   

Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

And I'm longing, for words to describe how I'm feeling [DaeYun]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» What are words if you really don't mean them when you say them!
» Kotonoha no Niwa (The Garden of Words)
» Reese-My feelings are too loud for words and too shy for the world.
» Julian Ҩ “My feelings are too loud for words and too shy for the world.”
» SCARSIN → I don't trust words I trust actions.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behind Closed Doors v.2 : Rival Survival :: South Korea - Seoul :: Habitations-