Partagez | 
 

 You're Back × ft. Fujiki Ban

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: You're Back × ft. Fujiki Ban   Ven 19 Sep - 21:32

TENUE

Il était 13h à ma montre, je venais de finir ma pause déjeuné qui, comme à mon habitude, avait été assez rapide. Je ne profitais pas de ma pause pour discuter avec les autres, ni pour faire une petite sieste ou pour m'amuser sur mon portable, je prenais simplement ma pause pour me nourrir, car c'était indispensable. Si j'avais faim, je n'arrivais pas à travailler, on pouvait presque dire que la faim était mon pire ennemi ! Je ne sautais donc jamais les repas, mais je faisais mon maximum pour qu'ils soient brefs. Rapide et efficace, ça avait toujours été plus ou moins ma devise, et elle semblait pouvoir s'appliquer là-aussi. Quoi que "efficace" pour un repas, je ne sais pas trop si on peut le dire...

J'étais donc revenu dans mon petit studio d'enregistrement. Je l'avais acquit suite à la sortie de mon premier single, au mois d'avril dernier. Il avait plutôt bien marché, bon on ne peut pas dire que ça avait été un véritable succès non plus, mais pour un premier single, d'un inconnu - pour les japonais - je m'en étais plutôt bien sorti et j'étais fière de moi. L'agence aussi visiblement car elle m'avait justement, en contre parti de mes bonnes ventes, "offert" se petit studio dans lequel je pouvais désormais composer et enregistrer en toute liberté, sans que personne ne me dérange.

En ce moment même, j'étais justement entrain de travailler d'arrache-pied, pour la simple et bonne raison que je préparais un nouveau single. L'agence m'avait accordé le droit de sortir un nouveau single. Je travaillais en parti seul dessus, j'élaborais mes compositions musicales, je donnais le style en quelque sorte à ma chanson, et on m'apportait de l'aide pour tout ce qui était compositions de paroles où là je n'étais pas trop capable de me débrouiller. Quelques personnes retouchaient mes compositions lorsqu'elles étaient "validées" par le CEO de l'agence et enfin, le single pouvait sortir si ça plaisait à tout le monde. Voila un peu le déroulement.

Alors que je travaille, le casque sur les oreilles, je n'entends pas frapper à la porte, c'est la silhouette de jeune femme travaillant ici qui me fait sursauter. Elle me signale que j'ai de la visite, un jeune homme du nom de Fujiki Ban, qui m'attend dans le hall de l'agence. Ban ? Il est de retour ? Cela faisait un bon moment maintenant qu'il était parti à Los Angeles, nous avions gardé contact mais je n'étais même pas au courant qu'il devait revenir au Japon. Etait-ce une simple visite ou était-ce définitif ? J'allais tout de suite le savoir.

Je remercie la jeune femme et sors de mon studio avec elle, prenant soin de fermer à clé la porte derrière moi, on est jamais trop prudent ! Je descends l'ascenseur, toujours en compagnie de cette même jeune femme - très belle au demeurant - qui retourne certainement à son poste. Ding. Les portes de l'ascenseur s'ouvrent et je repère rapidement Ban, à l'accueil du hall de notre agence. Je me dirige donc vers lui, les mains dans les poches, un léger sourire sur le visage.

« Ban-kun ? Qu'est-ce que tu fais là ? » Je lève ma main dans le but de faire le fameux "check" de salutation entre nous.



_________________


« cause we are, the crazy kids »
Sarangseureopji anha maltudo heomhaegajigo. Neo badajul namja na malgo deo issgessni. Mwodeun da ne meosdaero jagibakke moreuneun. Neo saenggakhamyeon na jigeum michigesseo jebal dorawa.© .bizzle
Okada Yoru
avatar

Avatar : Park Seo Joon
Crédits : Avatar : Chaussette
Messages : 75
Rival Since : 15/08/2014
Talent
Talent

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeju-island.forumactif.org
MessageSujet: Re: You're Back × ft. Fujiki Ban   Mar 23 Sep - 22:25


La rentrée de Ban en tant qu’artiste solo avait presque été aussi difficile qu’une rentrée des classes, aussi loin qu’il se souvienne. Il avait du mal à reprendre le rythme après avoir passé trois mois à se prélasser sous le soleil de la côte ouest américaine, sur les plages de sable fin de Los Angeles. Il rentre bronzé comme un philippin mais se moque royalement du regard des autres. Tout le monde sait que la société japonaise porte un regard très critique sur les étrangers travaillant au Japon. Toujours enclins à juger. Pourquoi s’en préoccuper de toute façon ? C’est ce à quoi réfléchit Ban avec ses cheveux bouclés en bataille tandis qu’il réajuste son t-shirt devant le miroir de la salle de bain de son petit appartement. Cela fait maintenant un petit mois qu’il est rentré des États-Unis et a été tellement pris par le retour au travail et la constante attention demandée par Xia qu’il n’a pas eu le temps de rendre visite à un vieil ami avec qui il travaillait auparavant mais qui a eu la chance d’être recruté par une agence.

Cela tombait bien car, à ce moment-là, Ban devait partir un an à Los Angeles et ne voulait pas laisser son ami sans rien pour se retourner. Ce recrutement était définitivement un coup du destin et le garçon du nord avait pu quitter son pays infiniment soulagé. Puis, à peine rentré, il était déjà reparti, en vacances cette fois. Vraiment pas le temps d’aller le voir et cela l’avait quelque peu agacé. Ce garçon — qui avait presque un an de plus que lui sans le vouloir — l’avait énormément aidé. Sans lui, il n’aurait sans doute pas réussi à faire ce qu’il avait fait en si peu de temps, faire décoller sa carrière et acquérir une petite notoriété. Sans l’aide de celui qui était devenu un ami très cher, il ne serait arrivé à rien. Trop influencé par une culture américaine qui a beaucoup de mal à s’imbriquer et à être acceptée dans la culture japonaise. Avec un long soupire un peu résigné, il pousse quelques dizaines de minutes plus tard la porte de l’agence pour laquelle travaille maintenant son ami et se retrouve un peu perdu dans le hall d’entrée, à regarder la porte par laquelle il était entré avec de grands yeux. Entrait-on si facilement dans une agence japonaise ? Il avait été trop habituée à l’année à Los Angeles où chaque studio possède un interphone afin qu’on ait pas à se déplacer ni à forcément ouvrir si on ne connait pas la personne qu’il avait sorti les sous de sa poche afin qu’on puisse en installer un sur la porte du petit studio qu’il louait.

Un peu désorienté, il s’avance vers la réception. Une femme derrière son ordinateur lève les yeux et lui demande d’un ton morne ce qu’elle peut faire pour lui. A nouveau, il se sent bête. « Euh… Bonjour. Je viens voir Okada Yoru. » Il ne pensait pas qu’elle pouvait faire mieux mais sa voix et son ton quand elle lui demande son nom lui fait penser qu’elle aimerait mieux vivre dans un carton que de faire ce travail mais qu’elle le fait pour gagner de l’argent et pouvoir vivre plus ou moins aisément. Il donne son nom et la femme décroche un petit téléphone blanc où elle compose un numéro. Personne n’a l’air de répondre. Ainsi, elle se lève en lâchant un petit soupire, pensant probablement que Ban ne l’a pas entendue, et marche à pas lents vers les ascenseurs. Il pince les lèvres de perplexité et va s’assoir sur une petite chaise libre, entre deux hommes d’affaire en costume. Quand enfin, il aperçoit Yoru sortir de l’ascenseur et s’approcher de lui, il se lève avec un petit sourire et lève la main pour frapper dans la sienne. « Comment ça, qu’est-ce que je fais là ? » Il rit doucement et passe un bras sur les épaules de son ami. « Je viens te rendre visite, quelle idée. Ça fait un bail qu’on ne s’est plus vus alors je viens m’assurer de la santé de mon petit Yoru. » Il emploie un ton faussement paternaliste qui ne lui va pas, puis finit par laisser un sourire malicieux prendre le contrôle de son visage. Finalement, sans se demander si son ami était ou non en train de travailler, il l’entraîne vers l’extérieur. « Tu as un peu de temps, que je t’offre un verre ? » demande-t-il alors qu’ils sont déjà dehors de toute façon.
Invité


Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You're Back × ft. Fujiki Ban   Ven 3 Oct - 23:05

J'avais travaillé avec Ban l'année dernière, peu de temps avant de rejoindre la Talents Japan en fait. Pendant ma recherche d'agence, nous nous étions souvent croisés dans différents bâtiments, tentant désespérément de me faire recruter. C'était devenu une habitude de voir sa tête assez régulièrement, et un beau jour il s'est tout simplement avancé devant moi et m'a demandé de travailler avec lui. J'avais été très surpris ce jour-là. Ce gars ne me connaissais pas, il ne savait pas de quoi j'étais capable. Probablement qu'il ne m'avait jamais entendu jouer de la guitare, jamais entendu chanter ni jamais vu danser. Et pourtant, il m'avait franchement demandé de venir travailler avec lui. A vrai dire, j'étais un peu désespéré à ce moment-là de ma vie. Aucune agence ne voulait de moi, se préoccupant d'avantage de recruter des gros groupes comme celui dont faisait partie Mitsu, ma soeur, par exemple. Ils n'en avaient absolument rien à faire des petits talents qui n'avaient même pas débuté officiellement. En plus j'étais en Corée jusque-là. Si on pouvait - peut-être - se souvenir de ma tête là-bas, ici j'étais totalement inconnu. Pourtant, Ban lui était venu vers moi. Visiblement il avait vraiment besoin de quelqu'un lui aussi, finalement, je pense que nous nous étions plutôt bien trouvés tous les deux.

Travailler avec lui m'avait apporté énormément. Moi qui n'avais toujours juré que par moi-même, j'avais enfin réalisé - grâce à Ban - qu'il y avait d'autres gens que moi dans la vie, qui étaient peut-être - je dis bien peut-être - aussi doués que moi et qui pouvaient m'apporter quelque chose. Fujiki Ban faisait partie de ces gens-là. Je l'avais réalisé en travaillant avec lui. La preuve étant que, peu de temps avant qu'il quitte le pays, une agence m'avait rappelé pour m'embaucher - car bien sûr j'avais poursuivi mes recherches. Je m'étais vraiment rapproché de lui durant le temps où nous avions travaillé ensemble.

J'étais vraiment heureux de le savoir de retour au Japon, et encore plus de savoir qu'il était venu me rendre visite. Je m'étais donc empressée de le rejoindre dans le hall lorsqu'on m'avait signalé sa présence. A l'ASE, je me souviens qu’on n’entrait pas si facilement dans une agence, c'était très difficile d'y accéder pour voir quelqu'un. Ici, nous étions dans une petite agence qui devait être trois, voire quatre fois plus petite que mon ancienne agence. Je ne doutais pas une seconde que Ban était entré comme dans un magasin... Je m'approchais rapidement de lui et le saluais, ne cachant pas ma joie et lui demandant aussitôt ce qu'il faisait là.

« Je me doute que tu viens pour me voir ! Mais qu'est-ce que tu fais au Japon ? » Je lui tapais légèrement l'épaule « Je ne savais pas que tu revenais ! »

Aussitôt Ban m'entraîne dehors et me propose d'aller boire un verre. A vrai dire je suis très occupé mais sa présence soudaine me l'a presque fait oublier. Allons, je ne prends jamais de temps pour moi car à vrai dire, à part travailler, je n'ai rien d'autre à faire de ma vie. Pour une fois qu'une personne se propose de rester en ma compagnie, je ne vais certainement pas refuser ! J'hoche donc le menton, le sourire aux lèvres.

« Tu paies hein ! Je n'ai plus une tune moi, je prépare mon retour sur le devant de la scène ! »

L'argent était un point très important dans ma vie. Malheureusement, je n'en avais pas ! J'avais déjà sorti un premier single et un PV qui allait avec, mais je n'étais pas encore assez connu pour vivre aisément de ce seul single. J'avais aidé financièrement mes parents avec presque les trois quart de ce que j'avais gagné, et j'avais également pris un petit studio. Maintenant, je n'avais presque plus rien. J'espérais que ce nouveau single qui sortait dans peu de temps m'apporterait un peu plus de popularité, de fans et donc d'argent.

« Alors comment vas-tu ?! »

Je voulais absolument tout savoir sur la vie qu'avait vécu mon ami en Amérique. Ce continent semblait tellement palpitant. J'avais hâte qu'il me raconte tout ça.


_________________


« cause we are, the crazy kids »
Sarangseureopji anha maltudo heomhaegajigo. Neo badajul namja na malgo deo issgessni. Mwodeun da ne meosdaero jagibakke moreuneun. Neo saenggakhamyeon na jigeum michigesseo jebal dorawa.© .bizzle
Okada Yoru
avatar

Avatar : Park Seo Joon
Crédits : Avatar : Chaussette
Messages : 75
Rival Since : 15/08/2014
Talent
Talent

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeju-island.forumactif.org
MessageSujet: Re: You're Back × ft. Fujiki Ban   Dim 9 Nov - 4:44


Yoru n’a presque pas changé. A part s’être un peu étoffé, il reste le même. Alors qu’il est lui-même japonais, Ban se dit que cette nation ne vieillit décidément pas du tout. Pendant un instant, il s’est demandé si son ami allait le reconnaitre à cause des trois tons de peau qu’il a pris durant son année et ses vacances prolongées aux États-Unis. Si certains pensent que le soleil, le sable fin et l’eau turquoise de la côte est ne sont que des mythes, il peut témoigner qu’ils sont bel et bien réalité. Effectivement, il n’avait pas annoncé son retour. A qui que ce soit. Non pas pour avoir une quelconque paix, mais plutôt car il ne savait initialement pas quand il allait réellement rentrer. S’il avait pu prolonger son séjour d’un an ou deux, il ne s’en serait pas privé, mais il se voit déjà assez chanceux d’avoir des parents qui acceptent toujours de l’emmener en voyage avec eux, malgré leur petit moyen. Sur le moment, il s’en veut un peu de ne pas avoir prévenu Yoru. S’il y avait bien une personne qu’il tenait en haute estime, c’était lui, mais tout s’était enchaîné trop vite. Le retour au Japon, l’enregistrement, la promotion et la sortie d’un premier single, sa fierté, puis ses trois mois reparti à Los Angeles. Autant dire que s’il n’était pas un tant soit peu habitué, le jetlag le tuerait.

« Qu’est-ce que je fais au Japon ? J’y vis ? » Il rit doucement. Les blagues n’ont jamais été son fort, sauf pour dire des bêtises… ainsi que les blagues racistes à prendre au second degré. Finalement, il hausse les épaules d’un air légèrement désolé. « En fait, je suis rentré une semaine début juin mais on est tout de suite repartis, donc je n’ai pas vraiment eu le temps de prévenir qui que ce soit. » Maintenant qu’il y repense, rentrer pour une petite semaine était vraiment une perte de temps. Et d’argent. À la base, il ne devait même pas repartir et avait été sincèrement étonné quand ses parents l’avaient appelé pour lui demander de confirmer qu’il les accompagnait « comme tous les ans » à Los Angeles. Tous frais payés bien sûr. Si l’on omet les loopings qu’a fait son cerveau et le retournement de son estomac à l’idée de la somme colossal qu’ils allaient encore dépenser pour lui, il avait accepté fébrilement. S’il ne le faisait pas, sa soeur le haïrait, probablement.

« Ben… » Alors que Ban va pour répondre, quelque chose se coince dans sa gorge. Lui payer le café ? Ah bon ? Mais avec quel argent ? Bon, certes, il a bien quelques pièces pour un café en plus, ça n’est pas la mer à boire. Avec un petit sourire malicieux, il lui balance une tape dans le dos qui l’envoie en avant, comme pour lui dire qu’il le lui paierait mais que c’est bien parce que c’est lui. Bien qu’il aimerait le questionner sur son futur retour sur scène, il a bien conscience que le gamin — qui n’en est pas un — ne le lâchera pas tant que Ban ne lui aura pas raconter toute son année en détails. Et des détails, il y en a par paquets de dix.

Il guide Yoru jusqu’à un petit café à proximité qu’il a repéré en arrivant et le laisse passer la porte. Alors qu’ils s’installent tranquillement à une table, Ban se laisse tomber sur la chaise en essayant de faire taire son ventre qui s’est soudainement mis à protester à cause de la fin. Il regarde l’heure sur son téléphone et se rend compte tout d’un coup qu’il a totalement oublié de déjeuner. Rapidement, il fait ses calculs dans sa tête tout en tendant une carte des boissons à Yoru. Il n’a pas exactement les moyens de s’offrir un repas mais une de leur pâtisserie devrait passer.

« Alors ! Qu’est-ce que tu veux savoir, petit fouineur ? Si tu ne m’aides pas un peu, je ne vais même pas savoir par où commencer. Tu sais, tu aurais pu venir un peu, si ton contrat n’avait pas commencé directement. » Il ricane en lui lançant un petit regard en coin qui n’a rien de méchant au demeurant.

Spoiler:
 
Invité


Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You're Back × ft. Fujiki Ban   Ven 14 Nov - 7:15

Les blagues de Ban étaient tout ce qu'il y a de moins drôle au monde mais je ne pouvais pas franchement m'en moquer, je n'étais pas un grand blagueur dans l'âme moi non plus... Je savais rire, sans problème, mais faire rire les autres était une tâche un peu difficile, voire impensable pour moi. Si ça arrivait, ça n'était souvent pas voulu.

Mon ami me fait part de ses déplacements. Revenir au Japon juste pour une semaine ? Ouah, il était décidément bien plus occupé que ce que je ne pensais. Je pensais qu'il avait juste glandé sur une plage pendant cette année et demi, mais finalement peut-être pas tant que ça... En tout cas tant mieux pour lui s'il avait pu en profiter. Et puis il me semblait que lui aussi, professionnellement parlant, il était reparti du bon pied.

« T'en fais pas pour ça va »

Qu'il m'ait prévenu ou non, je n'avais aucune raison de lui en vouloir, ce n’est pas comme si on était en couple non plus - oh mon dieu. Mais il est vrai que ça me faisait bien plaisir de le voir débarquer dans mon agence, le fait que sa visite soit une surprise me rendait d'autant plus heureux de le retrouver, car je ne m'y attendais pas.

Rapidement il me proposa d'aller boire un café, chose que je ne refuserais pour rien au monde - à condition qu'il ait de l'argent pour me le payer. A cette réflexion il hésita un cours instant. Après tout il avait sans doute autant d'argent que moi... Ce n’est pas parce que nous étions chanteur ou quoi que ce soit dans le monde de la musique que nous étions pleins aux as, loin de là, surtout en ce qui nous concerne nous deux, débutant seul dans ce monde - quoi que moi j'étais encore entouré et guidé par une agence.

Finalement Ban nous entraîne vers un café que je reconnais rapidement étant juste en face de mon agence. Un café où je me rends souvent en sortant dans l'agence pour me détendre avant de rentrer chez moi, ou encore pour continuer à y travailler un peu, dans un cadre différent de mon studio - ce qui fait du bien parfois. Nous nous installons rapidement à un table et Ban me tend la carte des boissons que je repose aussitôt, pas besoin d'y réfléchir à deux fois, je sais bien ce que je veux. Le serveur passe, je lui commande un Américano avant de regarder mon ami pour qu'il commande à son tour. Une fois le serveur parti, mon attention se repose de nouveau sur le chanteur guitariste qui se demande par où commencer.

« Tu as fait tant de choses que ça ? » Me moquais-je gentiment à son égard avant de reprendre « Si je n'avais pas trouvé d'agence juste avant ton départ, je t'aurais certainement collé aux basques » Rigolais-je alors que ça n'était absolument pas vrai.

Je savais bien, dès le début, que Ban avait prévu de partir. Si je n'avais pas trouvé d'agence, j'aurais tout simplement continué de chercher jusqu'à m'en lasser et peut-être un jour abandonner - même si j'en doutais fort, je n'étais pas le genre à abandonner.

« Je sais pas, raconte-moi des détails croustillants ! »

Vraiment je voulais savoir comment c'était l'Amérique, ce qu'il y avait fait, ce que ça lui avait apporté. Si j'avais pu, honnêtement, j'aurais peut-être tenté ce pays du "rêve", mais j'avais décidé d'être peut-être un peu plus réaliste et trouver au Japon de quoi démarrer ma carrière - ce qui avait payé au bout du compte. Finalement, en étant resté ici moi, je n'avais pas grand-chose à lui raconter c'est pourquoi j'avais bien l'intention qu'il maintienne la conversation assez longtemps pour ne pas qu'on en vienne tout de suite à moi et ma courte histoire d'un an et demi - même si finalement cette année et demi avait changé ma vie.


Spoiler:
 

_________________


« cause we are, the crazy kids »
Sarangseureopji anha maltudo heomhaegajigo. Neo badajul namja na malgo deo issgessni. Mwodeun da ne meosdaero jagibakke moreuneun. Neo saenggakhamyeon na jigeum michigesseo jebal dorawa.© .bizzle
Okada Yoru
avatar

Avatar : Park Seo Joon
Crédits : Avatar : Chaussette
Messages : 75
Rival Since : 15/08/2014
Talent
Talent

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeju-island.forumactif.org
MessageSujet: Re: You're Back × ft. Fujiki Ban   

Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

You're Back × ft. Fujiki Ban

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!
» Made in Flash Back
» I can't wait to kiss the ground, wherever we touch back down. [PV Willy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behind Closed Doors v.2 : Rival Survival :: Japan - Tokyo :: Compagnies, Studios & Co-